Vers la relance de la banque de l’Habitat 

  Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville a évoqué mardi de la possibilité de relancer la Banque de l'habitat en coopération avec la CNEP-Banque dans le cadre de la diversification des modes de paiement et de financement des projets d'habitat. C’est lors d'une réunion avec la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances (PLF) 2018, que le ministre a expliqué que son département examine avec la CNEP-Banque les modalités de relance de la Caisse nationale du logement (CNL) et d'encourager le financement de certaines formules par son biais. Selon APS, M. Temmar a également précisé que le secteur ne dispose pas d'une banque pour financier ses projets au regard de la forte pression sur la CNEP et le Crédit populaire d'Algérie (CPA). Abordant le volet budgétaire, Abdelwahid Temmar a indiqué que son secteur bénéficie d'un budget de plus de 158 milliards de dinars au titre de la loi de finances 2018.  Il a précisé dans ce sens que a Mosquée d'Alger a bénéficié d'une nouvelle autorisation de 30,54  milliards de dinars pour parachever toutes les infrastructures du projet et le livrer dans les délais fixés. L'autorisation de programme concernant les nouvelles villes est estimée à 31,46 milliards de dinars destinés à la prise en charge de la nouvelle ville de Sidi Abdellah, du pôle urbain de Draa Errich à Annaba (8 milliards de dinars) ainsi que les nouvelles villes Ali Mendjeli et Ain Nahas à Constantine pour combler le déficit enregistré en matière d'aménagement (3 milliards de dinars). Il s'agit également de 465 millions de dinars pour la nouvelle ville de Boughezoul destinés au raccordement au réseau de gaz, 5  milliards de dinars pour la réévaluation de l'opération inscrite au titre du sous-secteur de "l'aménagement du territoire" pour le parachèvement des  travaux dans la nouvelle ville de Bouinan et 15 milliards pour la prise en charge des indemnisations dans le cadre des expropriations pour cause d'utilité publique au niveau de la nouvelle ville de Sidi Abdellah. En matière d'habitat, l'autorisation de programme globale s'élève à 19,486 milliards DA, réparti entre le projet de réalisation de 1300 logements publics locatifs à Oum El Bouaghi (4,22  milliards DA) et la réévaluation de 12 opérations inscrites dans le cadre des programmes en cours relatifs à  la réalisation de 32.000 logements publics locatifs (15,264 milliards DA). Pour ce qui est des équipements publics, l'autorisation s'élève à 27,61 milliards DA, dont 21,22 milliards DA dans le cadre des nouveaux programmes inscrits (168 sièges de structures publiques, 17 sièges de sûreté urbaine, 15 lycées, 39 CEM, 97 groupes scolaires) outre 6,38 milliards DA destinés à la réévaluation de 156 structures de sous-secteurs: transport, commerce, locaux administratifs, éducation, affaires religieuses, infrastructures  sanitaires, de jeunesse et de culture, contre 0,3 milliards DA consacrés à la modernisation de l'administration. M. Temmar a ajouté que le cadre du budget 2018, qui prévoit la réalisation de 120.000 unités de type location-vente (AADL) et 70.000 logements promotionnels aidés (LPA), ainsi que 80.000 nouvelles aides au logement rural et 168   infrastructures dans le cadre des équipements publics. Le secteur a introduit au titre de la loi de finances 2018, deux nouveaux  articles dont le premier (article 107) autorise le trésor public à prendre  en charge les intérêts pendant la période de différé et prévoit la  bonification à 100% du taux d'intérêt des prêts accordés par les banques  publiques et privées dans le cadre de la réalisation de 120.000 logements  (location- vente) inscrits pour l'exercice 2018. Le second article (117)  prévoit la prolongation jusqu'au mois d'août 2019 des délais d'application  de la loi 08-15 du 20 août 2008, amendant et fixant les règles relatives à  la finalisation des constructions et à leur mise en conformité. Il n’en demeure pas moins, que son département s’emploie, explique-t-il, à diversifier les modes et les sources de financement des projets d'habitation afin de réduire le financement direct par le Trésor et de tenir compte des capacités financières des ménages.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *