Vent de tourmente sur la campagne de Tebboune

Quatre jours de campagne électorale auraient suffit à désintégrer une partie du staff du candidat à la présidentielle 2019, Abdelmadjid Tebboune.  La démission du directeur de campagne de Tebboune,  Abdellah Baali, à la veille du lancement de la campagne, surprend le staff même de la campagne et intrigue la rue.  L’ex-ambassadeur d’Algérie à Washington n’est pas une personne lambda. Il est apprécié outre Atlantique et jouit de beaucoup de sympathie au sein de l’establishment US.  Baali serait un lobbyiste qu’il n’est pas conseillé de perdre, notamment en pleine campagne électorale. Au-delà de son poids politique et diplomatique, son retrait subite du staff directionnel de Tebboune laisse planer certains doutes en dépit des assurances données par le staff du candidat qui a essayé de minimiser l’impact d’une telle défection.  Cette pilule à peine avalée que l’équipe du candidat à la course pour le palais d’El Mouradia essuie un autre revers en subissant un deuxième coup du sort. Le présumé argentier de la campagne et proche d’Abdelmadjid Tebboune, l’ex-député Omar Allilat est arrêté et mis sous mandat de dépôt pour corruption. Les regards sont vite dirigés vers le candidat indépendant Tebboune. Salle de conférence du prestigieux hôtel El Djazair ou il a lancé son début de campagne, avion affrété pour les déplacements de l’ex-ministre, faste et sorties surmédiatisées, rappellent quelque peu les campagnes présidentielles d’Abdelaziz Bouteflika. D’où provient donc le financement de sa campagne qui s’est enclenchée à vive allure ? Le candidat Tebboune qui, jusque-là, semblait jouir d’une certaine baraka aurait-il fâché ses mentors par des propos et des allusions lâchés lors de son passage à la chaine III ou est-ce ses liens ambigus avec Omar Allilat qui lui auraient valu un lâchage ? Serait-ce une réponse de la part des pouvoirs publics à ce qui se dit sur un quelconque présumé soutient du pouvoir à ce candidat ? Beaucoup de questions restent sans réponse d’autant que la direction de la communication de Tebboune se mure dans un silence dû en partie au manque d’expérience de ses responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *