Université d’été du FCE : Ouyahia bat le rappel des troupes

  Ouyahia obtient son quitus. Invité d’honneur à l’université d’été organisée par le FCE, le Premier-ministre s’en est allé « inspecter » ses troupes regroupées, ce mercredi  au Palais des expositions de la Safex à. L’organisation patronale et la Centrale syndicale viennent de lui renouveler leur vœu d’appartenance et réaffirmer leur allégeance au fameux programme du Président de la République. Une motion de soutien au chef de l’Etat cosignée par l’UGTA et le FCE a été, d’ailleurs, lue par le patron de la  Centrale syndicale,  Abdelmadjid Sidi Saïd. Véritable bible,  « la vision d’une Algérie émergente » prônée par Abdelaziz Bouteflika et à laquelle adhèrent les deux organisations est encore une fois exhibée telle un talisman comme pour éloigner tout mauvais œil et conjurer surtout le mauvais sort qui s’est abattu sur l’économie algérienne contrainte à faire tourner la planche à billets. La panique au sommet de l’Etat est ainsi dissipée. Le chef de l’Exécutif qui, après avoir reçu les assurances d’une fidélité indéfectible de la part des partis politiques de l’alliance présidentielle, repart rassuré par la cohésion qui règne au sein du duo FCE qui représente quelque 3.000 entreprises et l’UGTA qui compte l’importante base ouvrière. D’ailleurs, l’état d’Ahmed Ouyahia accompagné de ses ministres, présents à l’ouverture de cet évènement s’en ressent à travers son discours remerciant ses alliés auprès de qui  il éprouve du « (…) plaisir d’être » et qui  « se renforce également du fait que nous sommes politiquement dans le même camp, le camp de l’Algérie, le camp de ceux qui respectent les institutions de l’Etat, à leur tête le Président Abdelaziz BOUTEFLIKA. » Ses propos lors du débat expliquent quant à eux le recours à la planche à billets. Fidèle à ses habitudes de souffler le chaud et le froid, le premier ministre nuancera son intervention par une oxymore en rappelant que « le gouvernement n’a pas fait le choix de la planche à billets, il a évité un arrêt cardiaque au pays ». Et c’est l’air victorieux qu’il lancera un défi aux voix discordantes annonçant de mauvais augures donnant « (…) rendez-vous à nos contradicteurs durant les prochains trimestres de 2018. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *