Une ONG Suisse demande la mise sous curatelle du Président Bouteflika

Saskia Ditisheim, la présidente d’avocats sans frontières suisses estime qu’il faut protéger  l’homme d’État Algérien en le mettant sous curatelle. Selon la presse suisse, l’avocate a été mandatée par une ressortissante algérienne. Le peuple Algérien qui est sorti manifester contre un cinquième mandat  brigué par Abdelaziz Bouteflika est, cependant,  contre toute ingérence étrangère et risque de mal prendre cette initiative. Cependant, le mutisme du pouvoir qui tarde à donner une suite aux revendications de la rue n’arrange en rien les choses et alimente les velléités d’une ingérence étrangère. « Une ressortissante algérienne a déposé ce vendredi une requête de curatelle en faveur d'Abdelaziz Bouteflika auprès du Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant (TPAE). La requérante – celle-là même qui a porté plainte à la fin de février auprès de la police vaudoise contre l'entourage du président algérien – s'est attachée les services d'une avocate genevoise, Saskia Ditisheim, présidente d’Avocats sans frontières Suisse, pour ce faire. » rapportent les quotidiens suisses,  « Le Matin », "La Tribune de Genève" et « 24 Heures » dans leurs éditions de samedi 09 mars. L’auteur de l’article paru sur « 24 Heures » termine son écrit en chutant comme suit : « Si la requête genevoise devait être acceptée, on peut imaginer que des avocats arabophones approchent rapidement le président. Mais cela soulèverait la question de son immunité en tant que chef d’État. (24 heures) ».      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *