Un plan d’investissements énergétiques de 75 milliards de dollars en 2018-2022

Un plan d'investissement dans le secteur énergétique d'un montant de 75 milliards de dollars sur la période 2018-2022 a été mis en place pour développer ce secteur et augmenter les recettes en devises du pays, a indiqué, mardi à Alger, le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni. Lors de la conférence de presse qu'il a co-animée avec le Commissaire européen en charge de l'action pour le climat et l'énergie, Miguel Aias Canete, à l'issue de la 3ème réunion annuelle du Dialogue politique de haut niveau sur l'énergie entre l'Algérie et l'UE, le ministre a précisé que sur ces 75 milliards de dollars, un montant de 56 milliards de dollars est prévu spécifiquement pour les hydrocarbures. Citant les atouts du pays, M. Guitouni a appelé les opérateurs européens du secteur énergétique à investir davantage en Algérie dans la prospection et la production pétrolière et gazière. "Le but de la coopération (avec l'UE) est d'encourager les investissements européens dans les secteurs du gaz naturel, des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique" (Guitouni) Dans ce sillage, il a avancé que l'Algérie, en sa qualité de 3ème fournisseur de l'UE après la Russie et la Norvège, cherchera à rester parmi les principaux partenaires de l'UE. Il a également rappelé que l'Algérie bénéficie d'avantages importants lui permettant de renforcer sa coopération avec l'UE. Parmi ces avantages figurent des réserves de 6 milliards de barils de pétrole et des réserves d'énergies non conventionnelles estimées à 22.000 milliards m3 de gaz. Concernant les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, le programme consacré par le gouvernement suscite l'intérêt de la partie européenne, selon le ministre. Dans ce sens, il a indiqué que le gouvernement travaille à mettre en place les moyens d'associer les partenaires européens dans l'exécution de ce programme, notamment pour la fabrication des équipements et l'échange d'expériences. "La stabilité de notre pays et les conditions spécifiques que nous accordons ainsi que la crédibilité de l'Algérie vont attirer, à coup sûr, davantage d'investissements directs étrangers, notamment dans la prospection de pétrole et de gaz ainsi que dans la pétrochimie, l'électricité et les énergies renouvelables", a indiqué le ministre. A propos de la révision de la loi sur les hydrocarbures, il a assuré que cette opération vise à rendre l'investissement attractif pour les partenaires étrangers, à améliorer le climat des affaires et à préserver les recettes en devises du pays. "Le but étant d'atteindre la sécurité énergétique du pays sur le long terme à travers un partenariat équilibré gagnant-gagnant avec les grandes compagnies pétrolières et gazières", a-t-il fait valoir. Pour rappel, la réunion annuelle de haut niveau entre l'Algérie et l'UE dans le secteur de l'énergie a été coprésidée mardi à Alger par M. Guitouni et M. Arias Canete dans le cadre du Partenariat stratégique entre l'UE et l’Algérie dans le domaine de l'énergie. Ce partenariat couvre l'ensemble des sujets d'intérêt commun, à savoir les hydrocarbures, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, la réforme du cadre législatif et réglementaire, l’intégration progressive des marchés de l'énergie, le développement des infrastructures d'intérêt commun, le transfert de technologie et le développement local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *