Trump bien décidé à « transférer l’ambassade US » à El Qods : un coup porté au processus de paix

  Le président américain, Donald Trump, a passé une série d’appels téléphoniques à l’approche de l’annonce de sa décision sur le statut d’El Qods, qu’il devrait reconnaître officiellement, et de façon unilatérale, comme capitale de l’Entité sioniste. Selon AFP, il avait d’ores et déjà informé mardi le président palestinien, Mahmoud Abbas, ainsi que le roi Abdallah II de Jordanie, « de son intention de transférer l’ambassade des Etats-Unis en Israël»  de Tel-Aviv à El Qods occupée. M. Abbas comme le roi Abdallah ont prévenu le président américain du danger que cette décision faisait courir sur le processus de paix israélo-palestinien. M. Abbas a mis en garde M. Trump contre les « conséquences dangereuses d’une telle décision sur le processus de paix, la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde », a fait savoir la présidence palestinienne. Le communiqué de la présidence palestinienne diffusé mardi ne laisse pas clairement apparaître si M. Trump avait signifié à M. Abbas son dessein d’engager immédiatement le déménagement, ou s’il s’agit d’une nouvelle déclaration d’intention à long terme. M. Abbas a « réaffirmé notre position ferme qu’il ne peut y avoir d’Etat palestinien sans Jérusalem-Est pour capitale, conformément aux résolutions et à la loi internationales et à l’initiative de paix arabe », a ajouté le communiqué. Par ailleurs, au cours d’une réunion de délégués des pays membres de la Ligue arabe au Caire, son secrétaire général Ahmed Aboul Gheit a affirmé mardi que la décision américaine représentait une « menace (pour) la stabilité régionale » et « mettrait fin au rôle des Etats-Unis comme médiateur de confiance entre Palestiniens et Israéliens ». Mardi matin encore, le président turc Recep Tayyip Erdogan, a averti que le statut d’El Qods était "une ligne rouge" pour les musulmans, évoquant une possible rupture diplomatique avec Israël si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale de l’Entité sioniste. Il faut cependant dire que la propension de l’administration de Trump à aller dans le sens de l’occupant sioniste n’étonne plus.  Il faut rappeler dans ce sens que Trump a confié la gestion du dossier conflit israélo-palestinien à son conseiller et gendre Jared Kushner, lequel est l’un de plus fervents représentants du lobby sioniste aux Etats-unis. La fondation de la famille Kushner à la tête de laquelle Jared Kushner siège avec ses parents a fait des dons pour un montant de 325.860  dollars à l'organisation Friends of the Israeli Defence Forces (FIDF)— association qui collecte des dons au bénéfice de l’armée d’occupation israélienne. Des liens qui empêchent Jared Kushner de paraître comme un intermédiaire crédible et neutre dans le processus de paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *