Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

TROIS SCÉNARIOS ALTERNATIFS

Le Fonds monétaire international juge les perspectives pour 2016 soutenables, l’Algérie disposant d’un matelas financier lui assurant une certaine marge de manœuvre. Mais au-delà de 2016, l’évolution de la situation macro-économique dépendra des politiques et des réformes qui seront engagées dès aujourd’hui. Dans ce sens Le FMI mise sur trois scénarios alternatifs :  
  • SCÉNARIO DE RÉFÉRENCE :
L’Algérie met en œuvre un ajustement progressif budgétaire au-delà de 2016, et certaines réformes structurelles, elle consent aussi une dépréciation réelle du taux de change. La masse salariale revient aux niveaux d’avant 2011 en terme de pourcentage par rapport au PIB et les dépenses en capital retombent aux niveaux de 2002. La croissance hors hydrocarbures ralentit initialement sous les effets de la consolidation budgétaire, mais les réformes structurelles commencent à porter leurs fruits et accélèrent la croissance.  
  • SCÉNARIO PESSIMISTE :
L’Algérie n’opère aucun de changement de politique. Ce scénario suppose qu’il n’y a aucune consolidation budgétaire après 2016. La croissance des salaires dépasse les gains de productivité et de l’inflation, et les dépenses en capital restent au niveau de 2016. Pour répondre aux besoins de financement croissants, le gouvernement commence à emprunter sur les marchés internationaux de capitaux.  
  • SCÉNARIO AMBITIEUX :
Ce scénario suppose une consolidation budgétaire supplémentaire qui va au-delà de la ligne de base. La masse salariale revient progressivement à des niveaux qui prévalaient au début des années 2000 en pourcentage de PIB, les dépenses en capital reviennent à des niveaux d’avant le boom pétrolier. En outre, de vastes réformes structurelles sont mises en œuvre, conduisant finalement à une accélération de la croissance du secteur privé. Bien que les besoins de financement sont réduits par rapport aux deux autres scénarios, le gouvernement est néanmoins supposé emprunter à l’extérieur (sur les marchés internationaux de capitaux ainsi que des créanciers multilatéraux ou bilatéraux.)   Au chapitre des conclusions le FMI considère le maintien des politiques actuelles (scénario pessimiste) conduira à une détérioration rapide des indicateurs économiques clés. La croissance du PIB réel est d’abord soutenue par la politique d’expansion budgétaire. Mais à moyen terme d’importants les besoins de financement de déficits importants conduiront à l’éviction du secteur privé du crédit et à une perte de confiance. Les déficits budgétaires élevés et persistants augmentent la dette, qui enfle à 65 % du PIB. Les déficits courants s’élargissent à moyen terme, ce qui conduit à un nouvel appauvrissement des réserves de change. Dans le scénario ambitieux, l’assainissement budgétaire durable couplé à des réformes structurelles aidera à rétablir les équilibres macroéconomiques. La consolidation budgétaire conduit d’abord à une croissance plus lente par rapport à la ligne de base, mais la croissance commence à accélérer dans les années qui suivent, ce qui reflète l’impact des réformes structurelles. En 2021, le solde budgétaire se rapproche de l’équilibre et le compte courant dégage des excédents. Les réserves de change commencent à nouveau à être accumulées dès 2020.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *