Sonelgaz : « Il faudra revoir les prix de l’électricité »

La Sonelgaz plaide une nouvelle fois pour une révision des prix de l'électricité. Invité mercredi matin à s'exprimer sur les ondes de la radio nationale, le P-DG du groupe public d'électricité, M. Mohamed Arkab a considéré une nouvelle fois que les prix sont trop bas pour permettre de financer son plan d'investissements, et qu'il fudra "tôt ou tard" revoir les prix. Celui-ci rappelle dans ce sens que Sonelgaz entend à l'horizon 2030, répondre à la demande grandissante des foyers Algériens en énergie. Et d'expliquer que la consommation nationale d’électricité a atteint une pointe de 13.676 mégawatts, en juillet 2018, nécessitant, dit-il, des volumes d’investissement en équipements de quelque 2.500 milliards de dinars jusqu'en 2028, à raison de 300 à 400 milliards de dinars/an. Cependant, estime M. Arkab,  la tarification actuelle de ses services ne permet actuellement pas à son entreprise de dégager des sommes lui permettant d'autofinancer ses programmes d’investissement, et donc de solliciter des crédits auprès des banques. Le P-DgG de Sonelgaz rappelle que 99% de la production d’électricité est obtenue à partir de gaz naturel prélevé des puits de Sonatrach, laquelle, dit-il, « n’applique pas des coûts réels ». C'est la raison pour laquelle, explique-t-il, Sonelgaz n’arrive pas à disposer d'une trésorerie pour pouvoir financer en propre ses investissements. Il estime finalement que « tôt ou tard » il est impératif de revoir la question de la tarification, « en tenant compte d’une classe qu’il faut toujours préserver » et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus, « doit payer le prix réel de l’électricité ». Indiquant que la production nationale de ce type d’énergie qui se situait à environ 6.000 mégawatts au début des années 2000, est passée actuellement à 19.000 mégawatts, le PDG de Sonelgaz prévoit qu’elle devrait atteindre 25.000 mégawatts, en 2024. Enfin, le premier responsable de Sonelgaz a affirmé que la dette actuelle du Groupe public de gaz et d'électricité Sonelgaz s'élève à 1.650 milliards de dinars, notamment du fait de la tarification subventionnée de ces énergies.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *