Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Sonatrach : un site web à 350.000 euros !

 

 

350.000 euros !  Voilà ce qu’a coûté le nouveau site web de Sonatrach. Une somme modique par rapport à l’enveloppe de 1,980 million  d’euros consacrée à la nouvelle identité visuelle et à la charte graphique de la Compagnie nationale des hydrocarbures.  La nouvelle image de la Sonatrach coûte décidément très cher. C’est dire,  l’agence qui a décroché le marché ne brade pas ses services, bien au contraire !

Sonatrach : un monolithe pétrolier, à la gestion archaïque et à l’image vieillotte. C’est du moins ce qu’avait décidé de nous faire croire Abdelmoumène Ould Kaddour à son arrivée à la tête de Sonatrach, il y’a deux ans. Il fallait donc rajeunir, sinon changer l’image de la Sonatrach. Pour ce faire, Ould Kaddour décide de faire appel à « l’expertise étrangère ».  Un appel d’offres international restreint à la limite du gré à gré permet à la filiale française de l’agence de communication TBWA de décrocher un marché de 10 millions d’euros. Pour cette somme l’agence devait auditer et renouveler la communication interne, institutionnelle, digitale, la relation presse et  la communication de crise, ainsi que permettre de disposer d’un réseau d’influenceurs pour faire du lobbying en faveur de la Sonatrach.

Cependant, cette nouvelle image de la Sonatrach coûte cher, très cher même à la compagnie pétrolière nationale, sans que les résultats ne soient réellement à la hauteur.

Les montants initiaux ont d’ailleurs été revus à la hausse. Le contrat initial ne prévoyait qu’une facture de 10 millions devant couvrir les activités de l’agence la première année. Seulement, selon des documents que nous détenons, une nouvelle offre budgétaire de TBWA pour l'année 2019 a été soumise dans le cadre de contrats d'assistance pour  12,258 millions d’euros, ceci en prenant en compte les reliquats de l’exercice 2018. Une proposition qui a d’ailleurs été validée par la direction de Sonatrach.  Le pire est que lorsque l’on se penche sur le détail des prestations facturées par TBWA, on reste bouche bée : 350.000 euros pour l’enrichissement du site web de Sonatrach, et 200.000 euros pour la traduction, le suivi et l’implémentation des contenus. A ces montants, il faut ajouter plus de 700.000 euros pour tout ce qui touche les réseaux sociaux.  Le document démontre que Sonatrach prévoit de dépenser pas moins de 4,2 millions d’euros pour la production de contenus multicanal, des vidéos essentiellement (25 au total). Notons que les services de communication de Sonatrach ont de tout temps réalisé des films en interne,  des reportages et interviews qui n'ont rien coûté à la compagnie.

Il ne faut pas non plus oublier cette fameuse charte graphique et la nouvelle identité visuelle de Sonatrach qui a été facturée dès le départ à près de 2 millions d’euros. Un montant exorbitant!

Il faut dire que la nouvelle charte graphique qui s’est traduite par de légères modifications sur le logo de Sonatrach a été sujette à polémique.

Une part plus ou moins importante a également été consacrée à la relation presse et à la communication de crise, notamment en ce qui concerne des sujets polémiques comme l’exploitation du gaz de schiste. Or, force est de constater que sur ce plan, la communication de Sonatrach est chaotique.

Une pensée sur “Sonatrach : un site web à 350.000 euros !

  • 19 avril 2019 à 21 h 56 min
    Permalink

    Ça s’appelle trahison abus de biens sociaux corruption
    Kadour utilise gaspille pille l’argent de sonatrach pour tenter de soigner sa propre image et non celle de sonatrach qui n’en a pas dutout besoin d enrichir des boites etrangères et ….. pauvre sonatrach ……

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *