Sonatrach : Signature du contrat de réalisation d’une unité de propylène en Turquie à fin 2018

Le contrat relatif à la réalisation d'une unité de propylène en Turquie sera signé en fin de l'année 2018 entre Sonatrach et le partenaire turc, a indiqué dimanche à Alger le P-dg du groupe, Abdelmoumene Ould Kaddour. "Nous sommes bien avancés dans nos discussions avec le partenaire turc et je crois que vers la fin de l'année en cours, nous allons signer avec eux pour la réalisation d'une unité de propylène en Turquie", a précisé M. Ould Kaddour dans un point de presse tenu à l’issue de la cérémonie de signature de deux accords avec le groupe français Total. Ce projet algéro-turc permettra de développer les activités de Sonatrach à l’international, alors que pour la Turquie, il permettra de réduire ses importations des produits propylènes en provenance notamment de la Chine. "Il s'agit du second projet que réalisera Sonatrach à l'étranger en plus de l'achat de la raffinerie d'Augusta en Italie. Il faut ouvrir de nouveaux horizons à international", selon lui. Sonatrach sera actionnaire dans ce projet avec 30% et fournira la charge qui est de 450.000 tonnes de propane pour l'unité, a détaillé le même responsable. Pour rappel, la compagnie nationale des hydrocarbures avait signé en août 2017 un mémorandum d’entente avec deux sociétés turques: Ronesans Endustri Tesisleri lnoaat Sanayi ve Ticaret et Bayegan pour la réalisation d’une étude de faisabilité sur un projet d'installation de déshydrogénation du propane en Turquie. Par ailleurs, M. Ould Kaddour a réaffirmé que Sonatrach était en discussion avec le groupe italien Eni pour le offshore. Le groupe Sonatrach avait conclu en janvier 2017 un protocole d`entente avec la société italienne Versalis (filiale du groupe italien ENI) pour la réalisation d`études relatives à des projets pétrochimiques. Le protocole d’entente avec Versalis (filiale à 100% d`ENI) porte sur les études de faisabilité de réalisation de complexes pétrochimiques en Algérie, et le renforcement de la coopération entre les deux sociétés dans le domaine de la pétrochimie. Par ailleurs, M. Ould Kaddour a souligné que plus de 14 entreprises étrangères veulent s'associer avec Sonatrach dans la commercialisation des produits, dont le groupe français Total. "Lors de nos discussions aujourd'hui (dimanche), nous leur (Total) avons dit que la concurrence est féroce et qu'ils sont tenus de faire une bonne proposition pour qu'ils puissent être retenus", a-t-il déclaré. En réponse à une question sur le renouvellement des contrats gaziers, il a déclaré: "Nous avons eu beaucoup des discussions avec Total dont les contrats d'achat et de vente du GNL. Logiquement, nous renouvelons les contrats avant la fin de chaque année. Ils sont très intéressés par le renouvellement des contrats". Par ailleurs, il a affirmé que les premiers forages en offshore seront lancés au premier semestre 2019. Concernant la raffinerie de Hassi Messaoud, il a indiqué que l'entreprise réalisatrice sera connue avant la fin de l'année en cours , tandis que la raffinerie d'Alger sera opérationnelle en début 2019. Pour rappel, Sonatrach et Total ont signé dimanche à Alger deux nouveaux accords dans l’amont pétrolier et la pétrochimie dans le cadre du renforcement de leur partenariat global. Le premier document porte sur un nouveau contrat d’exploitation pour le développement conjoint du périmètre Tin Foyé Tabankort Sud (TFT Sud), signé par Sonatrach, l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) et Total. Quant au second contrat, il s'agit d'un pacte d’actionnaires permettant de créer la joint-venture STEP (Sonatrach Total Entreprise Polymères). Cette société mixte sera chargée de mener à bien le projet pétrochimique commun à Arzew, qui comprend la construction d’une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et d’une unité de production de polypropylène (PP) d’une capacité de 550.000 tonnes/an. Les deux partenaires (Sonatrach 51% et Total 49%) ont prévu de lancer les études d’ingénierie dès novembre 2018. Pour le financement, il sera réalisé à 30% par capitaux propres et 70% par des emprunts bancaires. "La conclusion de ces accords vont nous permettre de renforcer encore davantage notre partenariat stratégique et global pour mieux valoriser nos réserves et développer notre industrie pétrochimique. Ceci figure parmi les objectifs affichés de la stratégie de la compagnie SH 2030", a-t-il commenté. Il a également estimé que le message que Sonatrach veut transmettre à l'étranger, à travers notamment la création d'une société mixte Sonatrach Total Entreprise Polymères, consiste à dire que "l'Algérie est un pays fréquentable et que Sonatrach est une compagnie de business". De son côté, le P-dg du groupe Total, Patrick Pouyanne, a déclaré que "ces accords signés aujourd’hui marquent une nouvelle étape dans le développement du partenariat stratégique entre Sonatrach et Total afin de poursuivre la valorisation des réserves gazières du pays en apportant le meilleur de notre expertise technologique".APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *