Retraite proportionnelle: un sursis de deux années

La retraite proportionnelle sans condition d’âge sera maintenue pour encore deux années. Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a présenté hier devant l’Assemblée populaire nationale un amendement verbal qui institue un période transitoire de deux années, durant lesquelles tout travailleur pourra bénéficier de la pension de retraite après 32 années de service effectif. Mohamed El Ghazi a présenté cet amendement, « sur instruction du président de la République, M. Abdelaziz Boutefilka » à la plénière de l’APN consacré à l’adoption du projet de loi sur les retraites. Cet amendement a été adopté à la majorité au Parlement. La pression de la rue a fini par avoir raison de la mise en œuvre du projet de loi sur les retraites. Le gouvernement fait une concession aux syndicats, qui n’ont eu de cesse de faire peser la menace d’une grève générale ouverte. Il n’en demeure pas moins que c’est une petite concession. L’amendement introduit mercredi,  prévoit une période transitoire de deux années accordant le droit de bénéficier d'une pension de retraite au   avec jouissance immédiate au profit des travailleurs salariés, âgés de 58 ans en 2017 et 59 ans en 2018 et qui ont totalisé 32 années au moins de service effectif ayant donné lieu au versement de cotisations". Aussi, le droit à la pension de retraite est concédé, dans ces cas précis, à "la demande exclusive du travailleur salarié". Autrement-dit, cet amendement n’accorde qu’un sursis. C’est une mesure transitoire permettant à une certaine catégorie de travailleurs de bénéficier de la pension de retraite. Le gouvernement ne renonce donc pas à la levée des dispositions relatives à la retraite proportionnelle et sans condition d’âge, qui furent elles-mêmes transitoires à leurs promulgation. Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a expliqué à l’APN que l’amendement  « intervient dans le cadre du suivi et de l'intérêt permanent accordé par le président de la République à la classe ouvrière de notre pays, toutes catégories confondues, à l'effet de la prise en charge de ses préoccupations notamment ce qui a trait au droit de bénéficier de la pension de retraite sans préjudice des équilibres financiers de la caisse de retraite ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *