Résorption de l’informel : les députés plaident pour le changement de monnaie

  Des députés ont émis une proposition qui ne laisse pas indiffèrent, celle du changement de monnaie pour faire face à la crise. Cette demande a été faite, il y a quelques années par l’expert financier et ancien ministre du Trésor, Ali Benouari, mais n’a pas trouvé d’écho. Les parlementaires répondent à Ahmed Ouyahia qui a tenté de justifier le recours à la planche à billet en citant à titre d’exemple « le pays européen disposant des finances publiques les plus solides a aussi une dette publique proche de 70% du PIB ». Les députés estiment que « les conditions économiques de l’Algérie diffèrent de celles des autres pays occidentaux ». Les élus du Front El Moustakbel de Belaid Abdelaziz, rejettent l’argument du chef de l’exécutif en estimant qu’ « on ne peut pas s’en inspirer» et proposent à leur tour, « d’user de courage politique » et « procéder au changement de la monnaie nationale à l’exemple de la Turquie. Cela contraindra 50% des fonds alimentant le marché informel à passer par le circuit formel en recourant aux banques ».   Dans sa déclaration, hier, à l’hémicycle, le premier ministre justifiant le choix du recours à la planche à billet avait déclaré que « Le Trésor fait face actuellement à une dette publique qui ne dépasse pas les 20% du produit intérieur brut et dispose ainsi d’une marge raisonnable d’endettement. A titre de comparaison, le pays européen disposant des fiances publiques les plus solides a aussi une dette publique proche de 70% du PIB ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *