Réseau Anima : des IDE toujours en deçà du potentiel de l’Algérie

L’Algérie peine toujours à attirer les investisseurs. Les chiffres publiés par le réseau Anima (réseau des agences de développement de l’investissement du bassin méditerranéen), portent un coup à toutes les déclarations de bonne intention émise par le gouvernement en matière d’investissements étrangers. Le dernier rapport du réseau note une stagnation des flux d’IDE vers notre pays. Il est ainsi précisé qu’après «  les flux négatifs enregistrés en 2015 avec le rachat de l’opérateur télécom Djezzy par l’Etat, l’investissement étranger retrouve un niveau très proche de la moyenne des années 2012 à 2014 (environ 1,5 milliards de dollars), qui se situe bien en deçà du fort potentiel du pays ».  Le document note cependant que « les investisseurs continuent à espérer l’amélioration du climat des affaires et la réforme du cadre de l’investissement pour saisir les nombreuses opportunités sectorielles de ce pays au marché domestique conséquent. » Il précise aussi que le projet de loi finances 2017  propose de nouvelles incitations fiscales pour les entreprises et investisseurs. Aussi, une réforme des missions de l’ANDI (Agence Nationale de Développement de l’Investissement) est également à l’étude. le rapport du réseau Anima précise par ailleurs que  les flux d’investissement direct étranger (IDE) ont baissé de 5% en 2016 dans les pays MED, après le fort rebond enregistré en 2015 (+25%). Et d’ajouter que 2016 constitue une année de stabilisation à l’échelle mondiale (les flux globaux ont diminué de 0,9%).  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *