Rapatriement de 370 migrants clandestins vers les frontières du Niger

Trois cent soixante-dix (370) migrants clandestins ont été rapatriés lundi vers les frontières du Niger, dont 38 enfants au niveau d'Alger qui étaient exploités par des bandes criminelles pour servir dans la mendicité, a-t-on appris des autorités chargés du dossier. Lors d'une conférence de presse animée au centre de loisirs de Zeralda, le directeur responsable du dossier de la migration au ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire, Hacen Kacimi a déclaré que "les enquêtes sont en cours pour démasquer les membres de bandes qui maltraitent et exploitent ces enfants pour les faire servir dans la mendicité dans les wilayas importantes à travers la mise en place d'un réseau qui contraint ces enfants à travailler 14h/jour", ajoutant que "les quatre individus arrêtés seront traduits devant la justice". Dans ce cadre, des personnes qui s'occupent du "transport des enfants dans des taxis non autorisés" font l'objet de recherche, a-t-on appris auprès des services de la wilaya d'Alger qui ont arrêté, durant les deux derniers jours en collaboration avec les services de la gendarmerie et de la sûreté nationales, 38 enfants qui s'adonnaient à la mendicité dans des réseaux organisés, en leur possession des portables, et gérés par des bandes criminelles qui les répartissent sur les stations de métro et les centres commerciaux en veillant à ne pas tomber entre les mains des service de police. M. Kacimi a appelé les citoyens "à ne pas encourager les bandes criminelles en octroyant de l'argent à ces jeunes mendiants. Ces derniers dont la plupart souffrent de maladies graves, viennent du Niger puis introduits en Algérie", a-t-il ajouté. S'adressant à l'opinion publique internationale, il affirmé que "l'Algérie lutte contre les organisations criminelles spécialisées dans la traite des enfants en présentant, dans ce sens, des preuves à plusieurs occasions en dépit des campagnes lancées par certaines parties visant à ébranler sa crédibilité", ajoutant que l'Algérie traite les migrants clandestins dans le cadre du respect des traités internationaux" en assurant notamment une couverture sanitaire à ces migrants atteints de maladies dangereuses". Indiquant que les services de sécurités algériens "empêchent annuellement au niveau des frontières du Sud près de 40.000 migrants clandestins de se rendre en Europe, le même responsable a fait savoir que ceux qui tendent à transgresser les frontières du Sud relevaient de "23 nationalités africaines dont l'Afrique de l'Ouest, la région du Sahel et l'Afrique centrale". Aussi, il a rappelé que l'Algérie avait rapatrié "10.000 migrants nigérien clandestins dont 7.000 enfants et 3.000 femmes". "Un grand nombre de migrants ayant déjà fait objet de rapatriement sont revenus en Algérie à plusieurs reprises et traduis en justice", a fait savoir M. Kacimi précisant que la Justice algérienne "avait condamné 20.000 migrants nigériens tandis que 36.000 migrants maliens ont été condamnés par la Justice malienne". Le même responsable a souligné que "les autorités algériennes se préparent pour contrer les menaces croissantes de la migration clandestine, citant l'affectation de 600 milliards centimes, en 2018, à la lutte contre ce phénomène dans les années à venir.APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *