Procès Said, Toufik, Tertag, Hanoune : 20 ans de prison requis

 

 

Le procureur général militaire  près le tribunal militaire de Blida a requis aujourd’hui mardi une peine de 20 ans d’emprisonnement à l’encontre de Saïd Bouteflika,  frère et conseil du président déchu,  de l’ex-général de Corps d’armée et ex-patron de la défunte DRS, Mohamed Médiène, dit Toufik, du général-major à la retraite et ex-directeur de la DSS Athmane Tertag, dit Bachir, et de la porte-parole du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune.

Les prévenus sont poursuivis pour atteinte à l’autorité de l’Armée nationale populaire et complot contre l’Etat. Au cours des audiences plusieurs personnalités ont été entendues, à l’image de l’ex-président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz et d’anciens conseillers à la présidence de la République. La défense du général à la retraite Mohamed Médiène a, par ailleurs, reconnu la tenue d’une rencontre secrète ayant réunit Louisa Hanoune, le général Toufik et Saïd Bouteflika au sein d’une résidence d’Etat.  Selon Me Khaled Berghel, il s’agissait d'une rencontre personnelle tenue le 27 février dernier, et que le général Toufik a été contacté en tant qu’ancien chef du renseignement à l’effet de trouver une issue à « la crise que traversait le pays », autrement dit le Hirak.

Selon Me Farouk Ksentini avocat de la défense du général Toufik, celui-ci a reconnu au cours de l'audience avoir participé à la rencontre. Selon la même source l’ex-patron du DRS a justifié sa participation par sa volonté de proposer le nom de l’ex-président Liamine Zeroual comme personnalité consensuelle susceptible de trouver une issue à la crise. Me Ksentini a également précisé que le tribunal a entendu les chauffeurs des prévenus ainsi que les agents ayant procédé à l’enregistrement de la rencontre du 27 février. La même peine a été requise par le procureur général militaire à l'encontre de Khaled et Lotfi Nezzar ainsi que de Belhamdine Farid, gérant de la société algérienne de pharmacie, jugés par contumace et contre lesquels un mandat d’arrêt international a été lancé.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *