Poursuite du procès de l’Affaire de montage automobile et de financement occulte de la campagne électorale

La Cour d'Alger a repris, dimanche après-midi, les audiences du procès des accusés impliqués dans les deux affaires relatives au montage automobile et au financement occulte de la campagne électorale pour la Présidentielle d'avril 2019, et ce après le rejet de la demande introduite par le collectif de défense, relative à la non compétence et à la jonction des deux affaires. Le Collectif de défense des deux anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia a invoqué des exceptions de procédure pour demander à ce que leurs mandants soient jugés au niveau de la Haute Cour de l'Etat (non encore créée), et ce conformément à l'article 177 de la Constitution, le quel stipule que cette Cour "est instituée pour connaitre des actes pouvant être qualifiés de haute trahison du président de la République, des crimes et délits du Premier ministre, commis dans l'exercice de leur fonction". Dans le même sillage, le Collectif de défense des autres accusés dont des ministres, d'anciens cadres du ministère de l'Industrie et des hommes d'affaires ainsi que l'accusé Fares Sellal a, également, invoqué des exceptions de procédure pour l'abrogation de la décision de jonction des deux affaires (montage automobile et financement occulte de la campagne électorale). Ce procès intervient suite à l'appel interjeté par le Parquet et le collectif de défense contre le verdict prononcé, le 10 décembre 2019, par le Tribunal de Sidi M'hamed, condamnant, notamment, les anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia à une peine de 15 ans de prison ferme assortie d'une amende de deux (2) millions de DA, avec confiscation de tous ses biens, et Abdelmalek Sellal, à une peine de 12 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (1) million DA. Auparavant, le tribunal de Sidi M'hamed avait prononcé la privation d'Ouyahia de ses droits civils et politiques et la saisie de tous les revenus et biens acquis illicitement. Dans la même affaire, l'ancien ministre de l'Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb (en fuite à l'étranger) a écopé par contumace d'une peine de 20 ans de prison ferme assortie d'une amende avec émission d'un mandat d'arrêt international à son encontre. Les anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda ont également écopé d'une peine de 10 ans de prison ferme chacun. A été condamnée également l'ancienne ministre et wali Nouria Yamina Zerhouni à une peine de 5 ans de prison ferme. APS

Une pensée sur “Poursuite du procès de l’Affaire de montage automobile et de financement occulte de la campagne électorale

  • 3 mars 2020 à 15 h 34 min
    Permalink

    mesdames et messieurs bonjour. c’est ahurissant !!!! le grand sellal, pour se défendre il déclare au tribunal, et je cite:  » anna kounte moudjarred ouazir aouél bark !!!  » et il est suivi du grand ouyahia de la meme manière. ces deux escrocs-nés se défendent de la manière la plus mesquine jamais existée dans les anales judiciaires. aarrr aalihoum !!!. le comble, c’est que tous les deux ont eu l’opportunité de gouverner la nation algérienne issue des BRAVES qui ont combattu le colonialisme français. leur bravoure et leur sacrifice ont écrit l’histoire marquée par des dates comme le 1er Novembre 1954, le 19 Mars 1962 et le 5 juillet 1962. nous ne cesserons jamais de les glorifier. sellal et ouyahia ont souillé la mémoire des Martyrs de l’Algérie sans état d’ame et à mon avis, ils ne méritent aucune circonstance atténuante. ils doivent subir leurs peines sans possibilités de graces ou meme de réductions quelconques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *