Planche à billets : moins de fonds mobilisés grâce à la hausse du pétrole

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a fait savoir, lundi, que le montant arrêté dans le cadre du financement non conventionnel au titre de l'exercice 2018 estimé à 1800 milliards DA n'avait pas été mobilisé dans sa totalité à la faveur de l'amélioration de la fiscalité pétrolière durant le premier semestre de l'année 2018. Répondant aux députés au terme d'une plénière consacrée au débat autour du PLF 2019, le ministre a précisé que la valeur du financement non conventionnel a été estimée, dans le cadre de la loi de Finance 2018, à 1800 milliards DA, un montant destiné à couvrir le déficit estimatif du trésor, relevant qu'au premier semestre 2018, un montant de 900 milliards DA a été mobilisé pour couvrir le déficit du trésor. Les indicateurs financiers se sont inscrits, jusqu'à juillet dernier, dans une tendance baissière de 29% du solde total du trésor par rapport à 2017, soit 214 milliards DA en valeur absolue. Cette amélioration s'explique, poursuit le ministre, par l'augmentation des recettes de l'Etat notamment en fiscalité pétrolière qui a augmenté de 335 milliards DA (par rapport à l'exercice précédant). Les recettes provenant de la fiscalité pétrolière devront dépasser la valeur estimative prévue dans le cadre de la loi de finance complémentaire 2018, a soutenu M. Raouya. Cette amélioration devra réaliser un excédent de 450 milliards DA à fin 2018. Par ailleurs, le premier argentier du pays a fait état d'une stabilisation des dépenses de fonctionnement et d'équipement, si l'on excepte les 500 milliards DA dégagés pour combler le déficit de la Caisse nationale de retraite (CNR). Pour ce qui est de la mise en œuvre du financement non conventionnel, un mécanisme de suivi des mesures et réformes structurelles a été crée dans le cadre du décret exécutif n 18-86 du 5 mars 2018 visant à rééquilibrer le Trésor public et la balance du paiement. La Banque d'Algérie a été chargée, dans ce cadre, d'assurer le suivi et l'évaluation de la mise en œuvre des mesures et réformes du programme arrêté par une commission composée de représentants de la BA et du ministère des Finances. APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *