Peugeot Algérie : investissement de 100 millions d’euros, premier véhicule en 2018

  Les véhicules de la marque Peugeot seront fabriqués en Algérie à partir de l’année 2018 par la société Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA) pour un investissement de 100 millions d'euros, a indiqué à l'APS le Directeur du Groupe français PSA, chargé de l’Afrique et du Moyen-Orient, Jean-Christophe Quémard. «L’usine Peugeot, qui sera installée à Oran, fabriquera son premier véhicule au cours de l’année prochaine. La capacité totale de cette usine sera de 75.000 unités/an à terme», précise M. Quémard en marge de la signature du protocole d’accord portant sur la création de la Société PCPA. Il s’agit d’un investissement de l'ordre de 100 millions d’euros, avance le même responsable, précisant que le capital de la société est réparti selon la règle 51/49%, et ce, à hauteur de 20% pour l’Entreprise nationale de production de machines-outils Algérie-PMO Constantine, de 15,5%pour le Groupe privé Condor et de 15,5% pour un opérateur pharmaceutique algérien (Palpa Pro), pour la partie algérienne, et de 49% pour PSA, pour la partie française. S’agissant du taux d’intégration, M. Quémard indique qu’il sera, à terme, de 40%, ajoutant que le contrat prévoit également la création d’une académie de PSA en Algérie, permettant de former la main d’£uvre algérienne et de développer les compétences dans le domaine de l’assemblage et de la construction des véhicules au profit de PCPA. L’objectif de ce projet est de développer une filière automobile complète en Algérie, assure le même responsable qui relève que les équipementiers de Peugeot, qui s'implanteront également en Algérie, développeront d’autres partenariats avec des opérateurs algériens pour créer un tissu industriel et aller et delà des 40% du taux d’intégration. Estimant que le marché algérien est «très important» pour le Groupe PSA, M. Quémard souligne que cette usine permettra la création de 1.000 emplois directs, et des milliers d’autres indirects. A propos du retard pris pour la création de cette nouvelle société, le même responsable fait valoir que cela est dû à certains changements apportés dans le cahier des charges, mais soutient que «la dynamique des relations entre les deux pays a donné un coup d’impulsion à la concrétisation de ce projet». Le Ministre de l’Industrie et des Mines, M. Youcef Yousfi Yousfi a indiqué que le lancement de ce projet «n’est pas une fin en soi», mais il s’agit de démarrage d’une industrie qui englobera un nombre considérable d’entreprises pour la fabrication des composants des véhicules, précisant que les deux parties sont convenues de travailler en commun dans cet objectif. Le ministre a, par ailleurs, relevé que plusieurs autres domaines industriels ont été évoqués lors des travaux du COMEFA, en citant l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, les matériaux de construction. Selon lui, les discussions pour la concrétisation des partenariats dans ces domaines «avancent bien» Il a également souligné que l’industrie algérienne a atteint un niveau de développement qui lui permet d’accélérer le processus d’industrialisation du pays et de diversification de son économie, ajoutant qu’il s’agit d’un «objectif essentiel» pour le gouvernement algérien. A ce propos, il a considéré que la conjoncture actuelle, qui est «difficile» mais «pas insurmontable», a incité les pouvoirs publics à approfondir les réformes structurelles afin d’améliorer le cadre de l’investissement pour diversifier l’économie nationale.   L’autre levier de la stratégie de diversification de l’économie, a-t-il poursuivi, repose sur la mobilisation de l’investissement national et étranger dans plusieurs domaines d’activités. Notons que trois accords de partenariat économique ont été signés dimanche à Alger entre l’Algérie et la France. Il s’agit donc du pacte d’actionnaires entre le Groupe PMO Constantine, le Groupe Condor, la société Palpa Pro et PSA Peugeot pour la production des véhicules en Algérie. En outre, un protocole d’accord pour la mise en place d’un consortium à l’export des fruits et légumes algériens vers l’Europe, et d'un partenariat dans le domaine des produits agricoles de type Bio entre le Groupe algérien Agromed et la société fraçaise Agrolog. Les deux parties ont également signé un pacte d’actionnaires entre Elec El Djazair, le Groupe Gica (cimenterie) et le Groupe Schneider dans le domaine de la fabrication des équipements électriques de basse, moyenne et haute tension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *