Pétrole : le Brent perd 0,76 % sur la semaine

Les cours du pétrole sont un peu remontés vendredi sans empêcher une glissade sur la semaine, dans un contexte de forte progression des stocks américains et d'inquiétudes apaisées sur l'offre de brut. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a fini à 79,78 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 49 cents par rapport à la clôture de jeudi mais en baisse de 0,76% sur la semaine. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de novembre a pris 47 cents à 69,12 dollars, en recul de 3,01% sur cinq jours. "On a assisté à un petit rebond technique juste avant le départ en week-end", a analysé Gene McGillian de Tradition Energy. Cette semaine a été marquée par un nouveau bond hebdomadaire des stocks de brut aux États-Unis de 6,5 millions de barils, d'après l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). "Les réserves des États-Unis augmentent, ce qui pèse sur le cours du WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. et entraîne le Brent dans son sillage", a résumé Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB. "Dans un marché qui a fréquemment cité une offre limitée comme justification à la hausse des cours, les stocks américains montrent désormais clairement un surplus d'offre (...) qui suggère un marché suffisamment approvisionné pour le moment", ont affirmé les analystes de Schneider Electric. Cette hausse des stocks américains fait un peu moins craindre une flambée des cours début novembre, au moment où les menaces de sanctions de Washington à l'égard des importateurs de pétrole iranien seront à nouveau en place. Mais, selon les analystes de Commerzbank, "le marché prend le risque d'un manque d'offre à la légère, les prix pourraient grimper sur les semaines à venir". Ils soulignent que la production hors Venezuela et Iran est actuellement épargnée par les pannes ou problèmes inattendus, une situation exceptionnelle "plus vue depuis avril 2013", qu'il serait "téméraire d'espérer voir durer". Les marchés semblaient par ailleurs peu craindre les menaces de déséquilibrage du marché par l'Arabie saoudite, actuellement montrée du doigt après la disparition suspecte du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Si l'Arabie saoudite est bien responsable de la mort de M. Khashoggi, comme l'affirment de nombreux médias, les conséquences potentielles pour le pouvoir saoudien seront "sévères", a affirmé jeudi le président américain. "Il y a peu de chances que les tensions entre Washington et Ryad aboutissent à des sanctions lorsque l'on considère les échanges commerciaux massifs entre les deux pays", a toutefois estimé M. McGillian.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *