Pétrole : le Brent flirte avec les 70 dollars

Les prix du pétrole progressaient lundi en cours d'échanges européens, dans le sillage du bond de vendredi, portés par l'escalade des tensions au Moyen-Orient à la suite de l'assassinat par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani. Vers 10H40 GMT (11H40 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 69,39 dollars à Londres, en hausse de 1,15% par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril américain de WTI pour février gagnait 0,92% à 63,62 dollars. "Les prix du pétrole sont en hausse lundi matin, le BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. ayant même dépassé ponctuellement les 70 dollars le baril sous la pression de la montée des tensions au Moyent-Orient", a estimé Al Stanton, analyste de RBC. Ce seuil, franchi vers 1H10 GMT, n'avait plus été atteint par le BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. depuis les attaques contre des installations saoudiennes mi-septembre. Plus tard dans la nuit, le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. a frôlé les 65 dollars le baril (64,72 dollars à 3H40 GMT), un niveau record depuis le mois d'avril. Cette hausse soudaine a été provoquée vendredi par la mort à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain, faisant craindre aux marchés une escalade dans la région et une perturbation de l'offre d'or noir dans le monde. Les prix du pétrole avaient alors bondi de plus de 4% peu après l'annonce dans la nuit de la mort du général et émissaire de la République islamique en Irak. Dimanche, le président des États-Unis Donald Trump a menacé l'Iran de représailles majeures et l'Irak de sanctions après un vote du Parlement réclamant l'expulsion des troupes américaines de ce pays. Comme la veille, des roquettes se sont abattues près de l'ambassade américaine dans la Zone verte de Bagdad, sans faire de victimes, selon des témoins. "La hausse des prix du pétrole suscite des inquiétudes concernant l'économie mondiale, déjà fragilisée par un secteur manufacturier faible et une demande des consommateurs qui ralentit", a complété Michael Hewson, de CMC Markets. AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *