Pétrole : la production de l’Opep met le baril sous pression

Les prix du pétrole baissaient fortement mardi en cours d'échanges européens, alors qu'un ouragan menace le sud-est des États-Unis et que des estimations font état d'une augmentation de la production de l'OPEP. Vers 14H20 GMT (16H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 57,28 dollars à Londres, en baisse de 2,35% par rapport à la clôture de lundi. À New York, le baril américain de WTI pour livraison en octobre s'échangeait à 52,91 dollars, soit 3,97% de moins que la veille.Selon Naeem Aslam, analyste chez Thinkmarkets, il y a un certain nombre de facteurs qui pèsent sur les cours du pétrole: "le conflit commercial", "les craintes de récession" et "la baisse de la demande alors que l'ouragan Dorian se rapproche de la côte est de la Floride". Aux États-Unis, plusieurs millions de personnes en Floride, en Géorgie et en Caroline du Sud ont reçu l'ordre d'évacuer les côtes, que Dorian devrait frôler à partir de mardi soir. La Floride a commencé à sentir les effets de Dorian avec de fortes pluies et de possibles tornades mardi, et le risque de crues subites et d'inondations va s'accroître, a averti tôt mardi le Centre national des ouragans américain (NHC). Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group, a expliqué pour sa part que "l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a augmenté sa production en août pour la première fois cette année, ce qui a pesé sur les cours du pétrole". Selon une estimation de l'agence Bloomberg, la production de l'OPEP a augmenté de 200.000 barils par jour le mois dernier, pour atteindre une production totale de 29,99 millions barils par jour (mbj). Le conflit commercial sino-américain, quant à lui, continue de peser sur les cours du pétrole. Alors que Washington a instauré dimanche des surtaxes de 15% sur une partie des 300 milliards de dollars des produits importés chinois, Pékin a augmenté des tarifs douaniers sur 75 milliards de dollars de biens américains. Par ailleurs, les investisseurs attendaient les chiffres des stocks américains qui seront publiés mercredi et sont censés donner une indication sur l'état de la demande aux États-Unis. Les analystes s'attendent à une baisse de 4,2 millions de barils de brut sur la semaine achevée le 30 août ainsi qu'à une baisse de 1,5 million de barils pour l'essence, mais ne prévoient aucun mouvement des réserves de produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *