Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Pétrole : Hausse de 10 % des revenus des pays de l’Opep

  Les cours du baril de brut peinent à décoller, et ce, malgré les engagements pris par les principaux pays producteurs Opep et non Opep pour maintenir un niveau réduit de l’offre de pétrole sur le marché. Mercredi,  et nonobstant une légère remontée des cours, le prix du baril de Brent de Mer du Nord retrait accroché en-dessous de la barre des 50 dollars,  avec un cours de 47,21 dollars à la fin des échanges européens. La solidité de l’offre et la reprise des forages de schistes US semblent avoir en effet contrarié les plans de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole qui tablaient sur un rééquilibrage rapide du marché. Cependant, l’accord du 10 décembre dernier, signé entre les producteurs Opep et non Opep lesquels ont convenu d’une réduction de l’offre de 1,8 millions de barils jour, durant le premier semestre 2017, n’aura pas été totalement vain, car ayant permis une remontée suffisante des cours afin de garantir des revenus plus élevés pour les signataires Selon l’agence de presse britannique Reuters,  les pays de l’Opep ont gagné cette année, 1,64 milliards de dollars par jour, ce qui représente une hausse de 10 %  par rapport à 2016. Des chiffres basés selon Reuters sur ses calculs concernant les chiffres de la production moyenne de pétrole des pays de l’Opep et du prix du panier Opep jusqu’au 20 juin. Le calcul de Reuters est basé sur les données de l'Agence internationale de l'énergie et les chiffres publiés par l'OPEP sur sa production selon les estimations de six sources secondaires. L’agence britannique estime aussi que le Cartel pourrait espérer des revenus plus élevés si la pression sur le marché est maintenue grâce à la reconduction de l’accord sur la réduction de l’offre de pétrole jusqu’à mars 2018. L’Ex-ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil a dit à Reuters s’attendre «à ce que les gains pour l'Opep soient plus élevés au cours du deuxième semestre 2017 en raison d'un marché restreint au troisième et au quatrième trimestre, malgré une offre excédentaire des pays non-OPEP non liée à l'accord (du 10 décembre, NDLR) et à la production plus élevée que prévu de la Libye et du Nigeria ». Il a également estimé que les revenus de l'Opep  ont augmenté d'environ 8 % au premier semestre de 2017, suite à l’accord pour la réduction de la production globale d'environ 4 %. «L'augmentation globale des revenus pour l'OPEP se situerait dans la fourchette de 9 à 10 % pour l'ensemble de 2017 par rapport à 2016», a-t-il encore indiqué. Il ne faut pas tomber dans l’optimisme pour autant, Reuters rappelle que la moyenne des cours reste très largement en dessous des prix d’équilibre  budgétaire de nombreux pays de l’Opep qui doivent enclore en découdre avec les déficits budgétaires. L’agence de presse  précise toutefois que cette hausse des revenus pourrait encourager les pays producteurs à reconduire l’accord sur la réduction de la production au-delà de mars 2018, ou prendre des mesures plus radicales. Rappelons que pour l’heure, du côté de l’Opep, l’option de réductions plus importantes de l’offre de brut est écartées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *