Ouverture du transport aérien et maritime au privé : un cahier des charges en préparation

  Un nouveau cahier des charges devrait accompagner l’ouverture du transport maritime et aérien au privé. Le ministre des Travaux publics et des Transports a indiqué dimanche devant la Commission des  finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale que l'ouverture de l'investissement dans le transport maritime et aérien au secteur privé,  ne concernait que l’activité de fret (transport de marchandise), précisant que son secteur était en voie d'adapter le cadre juridique et d'élaborer un cahier de charges régissant cette activité. Il ne donnera, cependant, aucune précision sur le sujet. M. Abdelghani Zaalane a également affirmé que dans l’objectif de mettre fin à la domination des sociétés étrangères sur le transport maritime de marchandises, un programme d'acquisition de nouveaux cargos permettra aux entreprises nationales d'augmenter graduellement leur part à 25 % à l'horizon 2025. Sur un autre registre le ministre a affirmé que son secteur verra le lancement de nouveaux projets, après trois années de gel. Dans le projet de loi de Finances (PLF) 2018, le budget équipement du secteur s'élève à 380,76 milliards DA, contre 62,69 milliards DA en 2017, soit une hausse de 507%, a indiqué le ministre devant la Commission des  finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), dans le cadre de l'examen du PLF 2018. Cette augmentation significative s'explique par l'inscription de plusieurs nouveaux projets, et ce après trois années où aucun projet n'a été inscrit dans le budget. Les nouveaux projets inscrits portent sur la réalisation, pour une enveloppe de 150 milliards DA, de la première tranche du port du centre (Cherchell) et sa connexion au réseau routier et ferroviaire, avec tous les équipements et dépendances, à l'image des zones industrielles et des plateformes logistiques. En outre, une enveloppe de 65 milliards DA est prévue pour l'entretien de 500 Klm de routes nationales, autoroute est-ouest ainsi que l'entretien des ports et aéroports, le renforcement des ponts métalliques et la réhabilitation de la voie ferrée.
Près de 180 milliards de dinars pour la réévaluation des projets
En outre, M. Zaalane a expliqué que 178,15 milliards DA ont été consacrés à la réévaluation du programme en cours de réalisation. Au titre développement des régions enclavées au nord et au sud du pays, une enveloppe de 28 milliards DA est réservée à la réalisation et au renforcement des projets de dédoublement et de réhabilitation des routes. Par ailleurs, un montant de 6,5 milliards DA a été alloué à la mise en œuvre de la deuxième phase du système de régulation du trafic routier à Alger visant à désengorger la circulation routière et améliorer les conditions de transport au niveau de la capitale. Le ministre a aussi estimé que le lancement des projets du secteur interviendra en fonction des priorités et de l'efficience économique, a affirmé le ministre.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *