Ould Abbes « désobéit » à Bouteflika

Djamel Ould Abbes fait de la résistance et monte au créneau et "désobéit" à son "président" de parti pour déloger  Moad Bouchareb de la tête du FLN. Ould Abbes compte réunir le comité central, ce mardi 23 avril. Profitant du départ de son protecteur, Abdelaziz Bouteflika qui l’a désigné à la tête de l’ex-Parti unique pour ensuite le disgracier, lui préférant le jeune Moad Bouchareb, Ould Abbes s’apprête à reprendre le parti. Son argument, c’est celui d’être toujours le SG non démissionnaire du FLN.  Après cinq mois de silence, le protégé des Bouteflika retrouve son courage et réclame son « droit » usurpé. Cette volte-face, adoptée aujourd’hui ressemble aussi à une rébellion contre le président du parti,  Abdelaziz Bouteflika, celui-là même pour qui Ould Abbes ne tarissait pas d’éloges au point de verser publiquement des larmes (de crocodiles), jurant loyauté et fidélité à son bienfaiteur de toujours. Une loyauté qui a, pourtant,  vite fondu comme neige au soleil quelques semaines à peine de la chute de Bouteflika, destitué par le hirak. Ce courage retrouvé augure de l’intention d’Ould Abbes d’enfourcher le mouvement de contestation qui n’a de cesse de demander la dissolution du FLN, « source de tous les maux de l’Algérie » selon les millions de manifestants. Les excès de zèle de Moad Bouchareb et son comportement provocateur ont fini par excéder  les militants du FLN qui souhaitent le départ de cet apparatchik et dont le nom est souvent cité par le peuple qui réclame sa destitution du perchoir de l’APN. Et c’est justement l’objectif principal des contestataires au sein du comité central du FLN dont le plan est d’abord dénuer le président de l’Assemblée populaire nationale de sa couverture partisane en le faisant dégager du parti pour ensuite le déchoir de l’institution parlementaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *