Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Opep/Accord d’Alger : un an déjà !

  Cela fait une année jour pour jours que les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole sont parvenus à Alger à un accord historique pour une réduction de l’offre de pétrole sur les marchés mondiaux, préalable à tout rééquilibrage du marché pétrolier. Les pays de l’Opep se sont accordés lors de leur 170e réunion extraordinaire de baisser la production des pays membres pour la porter à un volume variant de 32,5 à 33 millions de baril jour. L’accord d’Alger confirmé et entériné lors de la réunion semestriel de l’Opep a posé les jalons d’une entente plus ambitieuse et plus large. L’Opep s’est allié les grands producteurs de pétrole, la Russie en tête dans une démarche inédite, celle de consultations approfondies afin d'établir une plate-forme pour prendre des mesures proactives qui garantissent un marché du pétrole équilibré sur une base durable. Ceux-ci ont finalement abouti aux décisions prises lors de la 171e Réunion de la Conférence de l'OPEP le 30 novembre 2016 et de la «Déclaration de coopération» entre l'OPEP et les pays producteurs non membres de l'OPEP le 10 décembre 2016, selon laquelle 24 pays souverains participants ont décidé de s'adapter production d'environ 1,8 mb / j, pour une période de six mois, à compter du 1er janvier. Cela a été prolongé d'une nouvelle période de neuf mois, jusqu'à la fin de mars 2018.  Une rencontre qui a également permis la création de nouvelles structures  Comité mixte de suivi ministériel (JMMC) et du Comité technique conjoint (JTC), qui a été soutenu par le Secrétariat de l'OPEP pour le suivi de la mise en œuvre de l’accord. Une année après  l’Accord d’Alger, les fruits de la médiation commencent à transparaître, dans un  marché qui s’est engagé sur la voir du rééquilibrage. Pour le secrétaire général de l'OPEP, Mohammad Sanusi Barkindo, « Il existe des signes évidents que le marché rééquilibre. Toutefois, ce n'est pas le moment de laisser tomber».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *