Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Opep : le rééquilibrage du marché se poursuit, plus lentement

Le rapport mensuel de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole mise sur un rééquilibrage plus lent du marché pétrolier. Les stocks mondiaux de pétrole devraient continuer à se dégonfler au second semestre de 2017, signe du rééquilibrage en cours du marché pétrolier, même si celui-ci se fera à un rythme plus lent que prévu, a indiqué le rapport publié mardi à Vienne. Par rapport à leur moyenne sur cinq ans, les surplus de stocks commerciaux de l'OCDE, qui pèsent sur les cours de l'or noir, sont passés de 339 millions de barils (mb) en janvier à 251 mb en avril, a précisé l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport pétrolier mensuel.  Elle a estimé que ce déclin devrait se poursuivre au second semestre, soutenu par la décision du cartel pétrolier et d'autres grands pays producteurs dont la Russie de prolonger jusqu'en mars 2018 leur accord de réduction de la production afin de soutenir des prix plombés depuis trois ans par une offre excédentaire.  En 2017, les pays non membres de l'OPEP devraient pomper 58,14 millions de barils par jour (mbj), soit 0,84 mbj de plus que l'année précédente, qui avait été marquée par une contraction (-0,71 mbj à 57,30 mbj). Cette prévision a toutefois été révisée en légère baisse (-0,11 mbj) depuis le précédent rapport de l'OPEP publié en mai, affectée par une baisse de régime en Russie, au Kazakhstan ou encore aux Etats-Unis.  Au total, la production mondiale de pétrole s'est élevée à 95,74 mbj en mai, en hausse de 0,13 mbj par rapport à avril et de 1,48 mbj sur un an, selon l'organisation pétrolière.  Quant à la demande mondiale d'or noir, elle devrait progresser de 1,27 mbj à 96,38 mbj cette année, soutenue notamment par une croissance économique légèrement relevée à 3,4% (contre 3,3% précédemment). Le rapport de l’Opep a pesé sur les marchés qui ont ouvert en baisse. Vers 13H15 GMT, le prix du baril de "light sweet crude" référence américaine du brut, perdait 15 cents à 45,93 dollars sur le contrat pour livraison en juillet au New York Mercantile Exchange (Nymex). "La baisse des cours ce matin est une réponse au rapport de l'OPEP montrant une augmentation de la production en mai dans des pays comme la Libye, le Nigeria", a expliqué à l’Afp Matt Smith de ClipperData.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *