Opep : l’Algérie  a pleinement respecté ses engagements

L’Algérie a respecté les engagements pris dans le cadre de l’accord de l’Opep sur la réduction de la production. Le ministre de l’Energie, M. Noureddine Boutarfa qui participe à la 2e réunion du comité ministériel de monitoring de l’accord Opep-non Opep a indiqué samedi au Koweit que l’Algérie a respecté son engagement de réduire sa production de pétrole brut de de 50 000 barils / jour tel que décidé le 10 décembre 2016. « Nous tenons à être exemplaires et l'Algérie est un exemple », a-t-il déclaré. Le ministre a également expliqué que l’accord est largement mis en œuvre par les producteurs de pétrole Opep et non-Opep . « L'accord d'Alger produit ses effets. Ils seront encore plus significatifs lors des prochaines semaines » a déclaré le ministre de l'Energie. « Les premières évaluations montrent que les réductions ont atteint un niveau jamais égalé auparavant « a ajouté le ministre. Pour rappel, M. Noureddine Boutarfa, prendra part au 2e meeting ministériel de Monitoring conjoint entre pays Opep et non Opep qui aura lieu dimanche 26 mars 2017 au Koweït. Les travaux du meeting ministériel porteront essentiellement sur l’examen du rapport établi par le comité technique de monitoring chargé d’analyser le niveau de mise en œuvre de l’accord conjoint Opep et non Opep en termes de réduction de la production de pétrole durant les mois de janvier et février. Les ministres aborderont également l’évolution des marchés pétroliers et ses perspectives à court et moyen termes. Le ministre de l'Energie, a évoqué dans une déclaration à la presse les objectifs de la réunion du comité ministériel de Monitoring . "Il sera question d'évaluer la mise en œuvre de l'accord de réduction des volumes de production des pays Opep et non Opep, du développement des marchés pétroliers et des cours du pétrole ainsi que de la situation des stocks, y compris des stocks flottants", a-t-il indiqué. Le ministre a également déclaré que l'Algérie est favorable pour étendre l'accord pour encore trois ou quatre mois supplémentaires afin de mieux stabiliser les marchés.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *