«ON ARRIVERA À UN TAUX DE 50% DE LIVRES ÉDITÉS EN NUMÉRIQUE»

Youcef Bengrid. Directeur de Sagacité

youcef-   Propos recueillis par Mouna Salmi   Parlez-nous de votre projet de bibliothèque numérique ? Et expliquez-nous les mécanismes d’un tel investissement ? Forte d’une expérience de 13 ans, Sagacité Sarl diversifie son offre en documentation scientifique et technique universitaire. Le livre scientifique est proposé sur un nouveau support autre que le papier. C’est la publication numérique. Historiquement, nos métiers se déclinent en trois grands domaines indépendants mais complémentaires: Distribution, librairie et éditions. La société fournie la majorité des bibliothèques universitaires algériennes en ouvrages scientifiques et techniques destinés dans toutes les spécialités en partenariat avec les éditions Ellipses. Avec plus de 6000 titres dans ses rayons, la librairie El-Djazair est d’abord un espace promotionnel de vente d’ouvrages scientifiques destinés aux étudiants, enseignants et chercheurs algériens à des prix préférentiels. Depuis trois ans, les éditions El-Djazair publient annuellement 100 nouveautés et une dizaine de titres traduits du français vers l’arabe. Cet effort nous place parmi les meilleurs éditeurs universitaires en Algérie. La majorité de nos auteurs sont algériens (…) Nous avons créé et mis en ligne, voilà trois ans, notre base de données Sagacitelink.com qui figure parmi les premières bases de documentation numérique en Algérie. Plus de 250 titres universitaires ont été mis en ligne. Sagacitelink.com se conforme aux contenus LMD de l’enseignement supérieur en Algérie. Sagacitelink.com offre un panorama de documents pédagogiques de cours, problèmes corrigés, textes intégrales, démonstrations, méthodologies… couvrant l’ensemble des disciplines universitaires pour les trois niveaux d’enseignement.   La bibliothèque numérique est-elle une menace pour les bibliothèques ordinaires ? Il est encore tôt pour répondre à cette question. Ce n’est certainement pas une menace, les deux supports vont exister ensemble dans le même espace, pour le même public et pour le même but. Je pense qu’on va arriver à un taux de 45-50% de livres édités et lus en format numérique. Pour l’instant, nous sommes dans une logique de complément de l’offre du livre papier. Dans les politiques éditoriales des principaux éditeurs dans le monde, la notion du coût de l’impression et de la distribution ne permet pas de prendre beaucoup de risques commerciaux, alors que le numérique peut avoir sa propre logique qui reste à trouver.   La bibliothèque numérique concerne-t-elle uniquement la communauté universitaire ou doit-elle s’adresser à tout le lectorat ? L’édition numérique a commencé dans le milieu de la recherche universitaire maintenant elle a tendance à s’élargir au grand public mais reste variable d’un pays à un autre. Nous nous limitons, pour l’instant, à la communauté universitaire, aux étudiants et enseignants du premier cycle couvrant la plupart des domaines. Se déplacer à la Bibliothèque universitaire à 22h présente des inconvénients. D’où l’intérêt de la bibliothèque numérique surtout que les habitudes des jeunes en matière d’accès à l’information ont changé. M.S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *