Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

18e marche des étudiants : pour la préservation de l’unité nationale

Les étudiants ont essentiellement appelé lors du 18eme mardi de marches pacifiques, à la préservation de l'unité nationale, exigeant "le départ des symboles du système", "un changement profond du système" et "l'établissement d'un nouveau gouvernement sur une base démocratique solide", trois revendications phares du mouvement populaire Hirak lancé le 22 février dernier, ont constaté des journalistes de l'APS.

Les marches, qui se sont déroulées dans le calme et n'ont connu aucun dépassement jusqu'au dispersement des étudiants au terme de leur mobilisation, ont vu dans plusieurs wilayas une participation moins importante que celles observées depuis le début du mouvement estudiantin, expliquée par la tenue des examens de fin d'année dans certains établissements, mais aussi par des chaleurs caniculaires dépassant les 48 degrés Celsius observées ces dernières 48 heures dans certaines régions du pays.

Dans l'Ouest du pays, quelque dizaines d'étudiants, à Oran et Tlemcen notamment, ont revendiqué "le départ du système et de ses symboles", "le règlement de la crise politique actuelle par le dialogue" et "l'intensification de la lutte contre la corruption".

A Oran, les étudiants, rejoints par des enseignants et des citoyens, ont traversé le centre-ville pour se regrouper devant le siège de la wilaya brandissant l'emblème national et scandant des slogans appelant à la défense de l'unité nationale.

A Tlemcen, les jeunes manifestants sont également sortis dans la rue pour appuyer les revendications du mouvement populaire, scandant des slogans appelant à la préservation de l'unité nationale, à la cohésion des rangs des Algériens, à l'indépendance de la justice et à la libération des jeunes manifestants arrêtés lors de la marche de vendredi dernier.

Dans l'Est du pays, des centaines d'étudiants des universités de Constantine et Sétif ont marché pour réaffirmer leur attachement à leurs revendications relatives à un "changement radical de système'' et la "poursuite de la lutte contre la corruption", réclamant "un dialogue sous l'égide de personnalités consensuelles'', "le départ des 3 B'' (Bensaleh, Bouchouareb et Bedoui) et "l'activation des articles 7 et 8 de la constitution'' qui affirment que le peuple est source du pouvoir.

Dénonçant "les tentatives d'atteinte à l'unité nationale'', ils ont clamé une "lutte sans-merci contre la corruption'' et "la poursuite de la lutte contre les responsables impliqués dans des opérations de dilapidation des deniers publics''.

A Alger, des centaines d'étudiants sont sortis dans une marche pacifique lors de laquelle ils ont réitéré leur soutien aux revendications du Hirak populaire pour un changement radical de l'ancien régime et l'attachement à l'unité nationale.

Après s'être rassemblés à la Place des Martyres, les étudiants ont sillonné les principales rues menant à la Grande-Poste, halte incontournable pour les manifestants qui ont réitéré leur soutien aux revendications du Hirak populaire pour un changement radical de l'ancien régime et la lutte contre les symboles de la corruption, tout en soulignant l'importance de l'unité du peuple algérien.

Tout au long de leur manifestation, les étudiants ont scandé des slogans pour la préservation de l'unité nationale et la vigilance face aux tentatives visant à semer la fitna et à attenter aux composantes de l'identité nationale.

Outre les revendications habituelles pour le départ de tous les symboles de l'ancien régime, les étudiants ont brandi plusieurs des banderoles sur lesquelles il était écrit notamment "nos revendications sont légitimes", "la souveraineté au peuple" et "Algérie libre et démocratique".

Affirmant qu'ils continueront leurs marches hebdomadaires jusqu'à satisfaction des revendications du Hirak, les étudiants ont entonné l'hymne national et bien d'autres chansons patriotiques à la gloire de l'appartenance à la patrie et l'adhésion à l'Armée nationale populaire (ANP).

En outre, les manifestants ont appelé à la poursuite des mesures judiciaires contre les corrompus et les dilapidateurs des deniers publics tout en insistant sur l'impérative récupération des fonds détournés afin de rétablir la confiance des citoyens.

Les étudiants ont tenus également à réitérer le caractère pacifique de leur marche qui a vu le déploiement d'un important dispositif sécuritaire avec fermeture du tunnel des facultés et des barrages aux entrées principales de certains axes comme Aslah Houcine, Zighoud Youcef et Boulevard Hassiba Ben Bouali. APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *