Mines de fer de Gara Djebilet : les études de préfaisabilité confiées au Chinois Sinosteel

L’étude de préfaisabilité et de faisabilité du projet d’exploitation des mines de fer de Gara Djebilet et d’Abdelaziz Mecheri a finalement été confiée aux Chinois. Un protocole d’accord a été signé lundi entre la Société nationale de fer et d’acier Feraal et le groupe public chinois d’ingénierie Sinosteel Equipment & Engineering Company pour la réalisation des études préalables aux lancements des investissements pour l’exploitation des mines de fer de Tindouf. Il s’agira de Gara Djebilet dans un premier temps et des mines Abdelaziz Mecheri dans une seconde Phase. Le ministre de l’Industrie et des  Mines, M. Abdesselam Bouchouareb a précisé lors de la cérémonie de signature, que l’étude devra examiner l’ensemble des aspects « de la mise en exploitation du gisement afin de définir le projet permettant le meilleur compromis entre  les investissements nécessaires pour l’extraction, le traitement et le transport du minerai jusqu’à sa livraison aux clients - les usines sidérurgiques nationales ou à l’exportation », d’un côté et de l’autre, les « investissements à prévoir, en parallèle, pour la réalisation des infrastructures et pour assurer la disponibilité de l’ensemble des utilités dans la région ». Le ministre précise aussi qu’elle devra se pencher sur  l’impact économique, environnemental et social de ces investissements et de l’exploitation. M. Bouchouareb explique, également, que le contrat inclut la réalisation par des centres de recherche en Chine des essais de déphosphoration et d’enrichissement sur quatre procédés distincts. Et d’expliquer qu’il s’agit de parvenir à l’horizon 2018 « à la réalisation en Algérie d’une usine pilote permettant de démontrer la fiabilité du procédé de traitement retenu et de déterminer tous les paramètres de fonctionnement, base de l’étude de faisabilité bancable (BFS) et du projet d’exploitation industrielle du minerai de Gara Djebilet », avec pour objectif d’entamer l’exploitation à l’horizon 2020-2021. Il précise que le projet devrait induire, selon les premières estimations, la création de 4.800 emplois directs et 14.500 emplois indirects. Le ministre explique que la valorisation du minerai de fer de Gara Djebilet revêt une importance stratégique dans la mesure où l’Algérie « déjà un leader de l’industrie sidérurgique et métallurgique dans la région arabe », ambitionne de «  devenir à l’échelle continentale en s’inscrivant dans toutes les phases de la production des métaux et du minerai ». Une ambition qui ne souffre d’aucune approximation, selon le ministre qui avertit le partenaire étranger que les autorités algériennes seront  « extrêmement exigeantes et vigilantes sur le respect des délais et la qualité des études ». Pour rappel, Feraal a bénéficié au mois de mai dernier d’un accord de financement de 3 milliards de dinars de l’Agence nationale de l’activité minière pour le lancement de ces études.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *