Macron aux jeunes algériens: Changez de logiciel !

« On étouffe ! » crie un citoyen caressant l’espoir d’un visa et le rêve, probablement, d’une vie française, « eh ben vous n’avez qu’à vous desserrer ! » répondit Macron à la hussarde. Une phrase lâchée comme ça spontanément mais qui en dit long sur le fond de la pensée du président français, las d’écouter les mêmes complaintes lui parvenant des populations africaines à qui il vient de rendre visite. A un jeune algérien qui l’interpelle à propos de la question de la mémoire, le président français, désinvolte, riposte, interrogatif, à son interlocuteur « j’ai quoi, 15 ans plus que vous ? La jeunesse algérienne ne peut pas continuer à regarder sans cesse vers le passé. Votre génération doit aller de l’avant, elle doit regarder comment elle peut être plus forte ici, comment créer des emplois ! » . « Changez de logiciel et pensez à vous projeter et à construire », exhorte –t-il l’assistance par la même phrase qui a été répétée par le chef de l’État français, une première fois c’était en mars passé en France, et tout récemment à Ouagadougou, à des étudiants burkinabés. Après le fameux « Je vous ai compris » du général De gaulle, les Algériens post indépendance ont eu droit, ce mercredi, au « changez de logiciel ». Une phrase fétiche dans la bouche du président Emmanuel Macron qu’il utilise souvent dans ses discours pour cristalliser «la rupture intergénérationnelle ». Ce qui pourrait d’ailleurs être très mal interprétée et pouvant avoir moult significations puisque prêtant à équivoque. Des esprits mal intentionnés traduiraient cela comme une façon de dire « arrangez- vous donc pour régler vos problèmes et laissez la France tranquille. La France, jadis terre d’asile et berceau des droits de l’Homme n’en peut plus de supporter votre misère ni vos malheurs ».Venant d’un chef d’État en visite « amicale » dans un pays hôte qui traverse une véritable crise de succession à la tête de l’État, ces petites phrases taquines mais combien malicieuses peuvent permettre une lecture à teneur hautement politique et se traduire par un « réagissez, manifestez-vous ». D’ailleurs, il ne s’empêchera pas de lancer en direction des jeunes avant de quitter ce bain de foule inespéré « on compte sur vous la jeunesse, changez de logiciel et pensez à vous projeter, à construire ! » Une belle façon de dire « je vous donne, à vous jeunes de ma génération, rendez-vous pour travailler ensemble, ceux avec qui je négocie actuellement sont vieux et dépassés ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *