Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Logement : une proposition pour interdire les avances annuelles de loyer sur la table du Parlement

  Les avances annuelles de loyers imposées aux locataires algériens souhaitant bénéficiant des garanties offertes par un bail en bonne et due forme et consigné par acte notarié, font obstacle au développement du marché locatif du logement. Si le gouvernement se propose d’intervenir sur ce marché en proposant de réaliser dans le cadre de partenariats publics-privés des logements destinés au marché locatif, la plate-forme internet dédiée au marché immobilier, lkeria.com propose d’interdire les avances annuelles de loyer pour stimuler le marché. Les responsables du site ont annoncé aujourd’hui (dimanche) avoir adressé une proposition en ce sens à tous les groupes parlementaires de l’Assemblé Populaire Nationale ainsi qu’à la commission de l'habitat, de l'équipement, de l'hydraulique et de l'aménagement du territoire de l’Assemblée. Dans leur courrier lkeria.com explique que « l’observation et l’analyse de la situation actuelle du marché immobilier algérien, a permis de constater que la démocratisation de la location constitue l’unique solution viable pour juguler en un temps record et sans aucune intervention financière de l’Etat, la crise de logement dans notre pays ». Pour les promoteurs de la plate-forme « l’avance annuelle de la totalité du loyer pèse lourdement sur les locataires et freine considérablement le développement du marché immobilier locatif, qui peine à se développer à cause de cette pratique ». Chiffres à l’appui, lkeria.com explique avoir constaté grâce à un sondage que 82% des 2903 sondés se sont prononcés pour l’interdiction de l’avance annuelle du loyer. Et c’est dans ce que texte qu’il se propose d’interpeller les parlementaires dans l’objectif d’amender l’article 498 du code civil, en introduisant une disposition qui interdit explicitement l’avance annuelle du loyer pour les locaux à usage d’habitation, afin explique-t-on de « mettre à l’abri des centaines de milliers de familles algériennes qui n’auront plus à s’endetter pour payer leur loyer ». Pour rappel, l’article 498 du code civil stipule que « le preneur doit payer le prix aux termes convenus et, en l'absence de convention, aux termes fixés par l'usage local ».  

Une pensée sur “Logement : une proposition pour interdire les avances annuelles de loyer sur la table du Parlement

  • 13 novembre 2017 à 16 h 51 min
    Permalink

    n’importe quoi , au lieu de protéger et rassure le propriétaire on veut faire l’inverse, pour quoi ne pas demande une aide financier pour la locataires pauvres exemple l’APL en franque, au lieu que l’état donne des logements , il ya que l’Algérie dans le monde qui donne des logements!!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *