L’OAIC commande près de 600.000 tonnes de blé

L’Algérie a commandé cette semaine pas moins de 580.000 tonnes de blé à moudre d’origines diverses. Selon l’agence de presse britannique Reuters qui cite des sources sur le marché européen,  l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a clôturé mardi une procédure d’appels d’offres,  pour un prix d’acquisition variant entre 201 dollars et 201,5 dollars la tonne coût et fret inclus, pour livraison en janvier 2017. Reuters précise que les traders tablaient sur une commande de 400.000 tonnes avant que leurs estimations ne soient révisées à la hausse.  Aussi,  expliquent-ils, l’OAIC ne publiant pas les détails de l’appel d’offres, ces estimations pourraient être révisées, selon les ventes des fournisseurs. En tout état de cause, Reuters rappelle que l’Algérie, l’un des plus importants importateurs de blé de la région Afrique du Nord, tend à diversifier ses fournisseurs. L’agence estime que l’OAIC  pourrait importer du blé américain, le Hard Red Winter Variety (HRW), plus précisément. L’Allemagne, les pays baltes et l’Argentine pourraient aussi compter parmi les fournisseurs de l’Algérie. Les traders pensent, cependant, que si le blé argentin est très compétitif en ce qui concerne les prix, il pourrait ne pas répondre aux exigences de l’OAIC en termes de qualité. Fournisseurs traditionnel de l’Algérie, les producteurs français font face à une récolte ayant souffert des pluies, lesquelles ont affecté la qualité du blé. Les traders semblent, toutefois, penser que le blé français pourrait, malgré tout, couvrir une partie de la commande de l’OAIC. Ceci dépend, selon eux, des conditions du marché et des délais de livraison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *