LFC 2018: le Premier ministère s’explique sur les nouvelles taxes

  Le Premier ministère a apporté jeudi des précisions sur les nouveaux tarifs de délivrance des documents électroniques tels que prévus par l’avant projet de Loi de finances complémentaire pour l’année 2018. "Des ‘fuites’ organisées sur l’avant projet de Loi de finances complémentaire pour l’année 2018 alimentent la spéculation et parfois même les fausses informations sur les nouveaux tarifs de délivrance des documents électroniques. Les précisions qui suivent sont destinées à éclairer l’opinion sur cette question", note le Premier ministère sur son site web. C’est ainsi que le timbre pour la carte nationale d'identité passera de 2.000 DA actuellement à 2.500 DA. Celui pour le passeport 28 pages  de 6.000 DA à 10.000 DA et de 12.000 DA à 50.000 DA pour le passeport 48 pages. "La production du passeport en procédure d'urgence entraine un coût plus élevé, soit 25.000 DA pour le passeport de 28 pages et 60.000 DA pour le passeport de 48 pages. Il en résulte un tarif de délivrance de 50.000 DA et de 150.000 DA selon le modèle", ajoute-t-il.il en résulte un tarif de délivrance de 50.000 DA et 150.000 DA selon le modèle. Le coût de production du permis de conduire biométrique électronique est de 10.000 DA pièce, alors que celui de la carte d'immatriculation automobile est de 20.000 DA pièce. "Les nouveaux tarifs appliqués aux documents électroniques reflètent leur coût: l’établissement relevant du ministère de l’Intérieur qui les produit a fourni les prix de revient de chacun de ces documents, et c’est à partir de cela que les nouveaux tarifs de délivrance ont été fixés", explique la même source. Par ailleurs, le Premier ministère considère que "les critiques sur l'atteinte au pouvoir d'achat des citoyens sont infondées". En effet, fait-il valoir, "la carte nationale d'identité, le passeport, le permis de conduire et la carte d'immatriculation sont tous des documents qui ont une durée de validité minimale de dix (10) années"."Ramené à cette durée, le tarif de délivrance de chacun de ces documents devient modeste. Le passeport de 48 pages délivré en procédure d'urgence est un document destiné aux hommes d'affaires qui n'auront aucun problème à régler ce montant", relève-t-il. "Comme chacun le constatera, lorsque le projet de Loi de finances complémentaire 2018 sera rendu public, ce texte ne contient aucune taxe ni aucune augmentation sur des produits de large consommation, et ce, en dépit du fait que le pays connaît un important déficit budgétaire de 1.800 milliards DA qui n'est couvert que par les emprunts du Trésor auprès de la Banque d'Algérie", souligne le Premier ministère.
UNE TAXE SUR LES PRODUITS DE LUXE IMPORTES
Le projet de Loi de finances complémentaire 2018 propose l'institution d'un droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) applicable aux importations de produits de luxe avec un taux variant entre 30% et 200%, a indiqué jeudi le Premier ministère sur son site web.   "Ce taux sera appliqué aux importations de produits de luxe, qui seront ainsi taxées au lieu d'être interdites, générant par cela des recettes pour le Trésor", précise le Premier ministère. L'instauration du DAPS contribuera aussi "à la rationalisation des importations qui demeurent une facture trop lourde pour les réserves de change du pays", explique-t-il. Le DAPS ajoutera également une "protection supplémentaire du marché national au profit des entreprises locales qui gagneront ainsi des parts de marché", ajoute la même source. En outre, "les fournisseurs étrangers traditionnels viendront, pour certains, investir en Algérie dès lors que son marché sera protégé. Tout cela générera des milliers d'emplois nouveaux au profit des jeunes de notre pays", soutient le Premier ministère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *