L’ex-ministre de l’Industrie, Djamila Tamazirt sous le coup d’une ISTN

L’ex-ministre de l’Industrie, Djamila Tamazirt, fait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire nationale. Selon plusieurs chaînes de télévision privées, les autorités judicaires ont émis une ISTN à l’encontre de l’ex-ministre. Selon les mêmes sources, Djamila Tamazirt a été convoquée par la section de recherche de la brigade de Gendarmerie nationale de Bab Djedid pour l’entendre dans dossiers de corruption. Notons que le nom de l’ex-ministre a été citée à plusieurs reprises dans des rapports de médias concernant des irrégularités qui auraient été constatées lors de la cession des Moulins de Corso, à l’homme d’affaires et ex-vice président de FCE,  Mohamed Laid Benamor. Transaction qui prévoyait également la mise en place d'une boulangerie industrielle sur le site de production appartenant aux Moulins de Corso. Au moment des faits, Djamila Tamazirt occupait le poste de P-DG de groupe agroalimentaire public Agrodiv, dont dépendaient les Moulins de Corso. Selon Ennahar, Djamila Tamazirt a permis la cession de quotas de blé fourrnis par l'OAIC et revenant à l'Eriad Tizi Ouzou et à l'Eriad Blida, au profit de minoteries privées. Des cessions qui ont induit un manque à gagner de 450 milliards de centimes au Trésor public. Pour rappel, Djamila Tamazirt, ministre de l’Industrie du gouvernement Bedoui, a cédé son Portefeuille samedi à Ferhat Ait Ali. La tournure que prennent les évènements laisse présager la convocation d’autres ministres du gouvernement Bedoui cités dans des affaires de malversations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *