Les Etats-Unis autorisent des canons à air en vue de forages pétroliers dans l’Atlantique

Le gouvernement américain a approuvé vendredi l'usage de canons à air au large de la côte atlantique aux États-Unis, une technique de prospection utilisée pour trouver des réserves de pétrole et de gaz mais nocive pour la faune marine. La décision est la première étape du projet d'ouverture aux forages pétroliers d'une grande zone de l'Atlantique, du New Jersey à la Floride, engagé par l'administration de Donald Trump pour la première fois depuis des décennies. Les compagnies pétrolières et gazières utilisent des bateaux remorquant des dizaines de canons à air comprimé, qui "tirent" vers les fonds marins. Les ondes, en heurtant les différentes couches du fond, dessinent en retour une carte géologique qui aide les compagnies à détecter où se trouvent les réserves exactement. Mais le bruit sous-marin est dénoncé par les défenseurs des animaux. Des dizaines d'études ont montré qu'elles pouvaient blesser les organes des poissons, tuer le plancton, désorienter et perturber les dauphins et les baleines. Le bruit voyage sur des kilomètres, et les canons tirent à des intervalles de quelques secondes, pendant des campagnes pouvant durer des mois. Le Bureau des Océans et de l'énergie avait rejeté les demandes de permis l'an dernier, citant le risque potentiel pour la vie marine. Mais vendredi, la même agence a accordé des permis à cinq entreprises pour "harceler de façon incidente, mais pas intentionnelle, les mammifères marins". Les permis de forages eux-mêmes, dépendant d'un autre service gouvernemental, n'ont pas encore été accordés. Les experts gouvernementaux ont défendu leur décision en expliquant qu'elle incluait des garde-fous. Des observateurs tiers devront être embarqués à bord des bateaux, qui auront le pouvoir de demander un arrêt des opérations en cas de danger. "Notre analyse montre que les impacts ne devraient pas dépasser un niveau négligeable" sur les populations animales, a dit Benjamin Laws, biologiste à l'Administration nationale des océans et de l'atmosphère (NOAA), dans le service de la pêche. Consternées, les ONG ont dénoncé le revirement de l'administration. La décision intervient alors que "90% des municipalités côtières dans la zone proposée sont opposées aux forages pétroliers", a dit Diane Hoskins, de l'organisation Oceana. AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *