Le Président de la République Abdelaziz Bouteflika: les matières premières ne peuvent plus être la base de notre développement

  Le président de la République, M.  Abdelaziz Bouteflika, a affirmé dans une interview accordée au groupe britannique d’expertise économique, Oxford Business Group, publiée dans son dernier rapport sur l’Algérie, que les matières premières ne pouvaient plus être la base du développement socio-économique de l’Algérie, et que même si les prix du pétrole augmentaient à l'avenir, ils "ne couvriront pas tous les besoins économiques du pays", d’où l’importance de "réagir et utiliser les stratégies nécessaires pour assurer un avenir meilleur". Pour faire face à cette éventualité, l’Algérie a adopté des stratégies budgétaires pour sa  croissance économique à court et à moyen terme, visant à développer une économie de marché émergente, qui tienne compte de l'environnement économique actuel mais continue d'offrir un soutien social aux personnes défavorisées, a relevé le Président Bouteflika. Il a également souligné que d’autres mesures seront prises pour favoriser le développement socio-économique, accélérer la diversification de l’économie et renforcer les programmes sociaux "sans coûts économiques supplémentaires". "Les réformes fiscales et budgétaires favoriseront la croissance et le développement humain durable", a-t-il dit, estimant que l'industrie, l'agriculture, l'énergie et la pétrochimie, le tourisme et l'économie du savoir, peuvent être les moteurs de la croissance. Les partenariats et les investissements dans ces domaines seront "encouragés et appuyés par divers incitatifs financiers et fiscaux", a ajouté le chef de l’Etat. Le Président de la République a également tenu à rassurer quant à la position actuelle de l’Algérie sur le plan économique l’a qualifiant de sûre.  "Les mesures que nous avons prises au cours des dernières années nous ont placés dans une position sûre en dépit de la faiblesse du prix du pétrole qui persiste depuis la mi 2014", a souligné le chef de Le président Bouteflika a relevé que l'Algérie figurait parmi les rares pays producteurs d'hydrocarbures qui continuent de créer de l’emploi, relevant que la croissance économique avait atteint 3,9% en 2015, le nombre d'investissements enregistrés au cours des trois dernières années représentait 70% du total des investissements depuis 2002, et quelque 24.386 projets avaient été lancés entre 2013 et 2016. Le Chef de l’Etat a aussi souligné que la stratégie de l’Algérie pour assurer sa croissance économique a été aussi de favoriser le monde des affaires et que tout a été fait pour encourager l'investissement et améliorer l'environnement des affaires. Parmi les mesures prises dans ce sens, il a cité la signature par le gouvernement, les syndicats et le patronat d’un pacte économique et social national pour la croissance qui "place l'entreprise algérienne au cœur du processus de relance et fournit toutes les conditions nécessaires au succès et au développement". D’autres décisions ont été prises pour le même objectif, dont la simplification de la législation relative à l'investissement et à l'achat de terrains et l’assouplissement des procédures économiques et commerciales. Les marchés publics et le financement de projets font désormais l'objet de règles transparentes pour les entreprises publiques et privées, a-t-il dit. Interrogé sur la coopération économique internationale, le président de la République a affirmé que l’Algérie "croit aux vertus du pragmatisme et du bon sens et que son économie et ses lois garantissent les conditions d'un climat d'affaires gagnant-gagnant". Il a néanmoins jugé "important" de "corriger" l'image de l'Algérie à l'échelle mondiale, notamment en ce qui concerne la manière dont le pays est perçu par la communauté internationale des entreprises et des investissements. "Démontrer les succès passés est la meilleure façon de souligner notre potentiel. Si nous visons à diversifier notre économie, il est logique d'élargir également notre gamme de partenaires. L'Algérie est un pays ouvert à tous, et nous comptons sur le sens des affaires des entrepreneurs économiques du monde entier pour saisir les nombreuses opportunités que nous offrons", a relevé le président de la République. Il a conclu que l’Algérie "représente une nation de stabilité et de sécurité et peut servir de plaque tournante du commerce en Méditerranée, en Afrique et au Moyen-Orient". Avec APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *