Le plan d’action du gouvernement est un « pacte pour une Algérie nouvelle »

Le plan d’action du gouvernement, adopté jeudi par l’Assemblée populaire nationale (APN), est "un pacte pour une Algérie nouvelle" qui sera au "service de ses enfants", a affirmé le Premier ministre Abdelaziz Djerad. "Le plan d’action du gouvernement que j’ai présenté devant les députés n’est pas un plan de développement mais plutôt un vision globale de notre pays et un pacte d’une Algérie nouvelle", a expliqué le Premier ministre dans une déclaration après l’adoption du Plan. A travers ce plan, a-t-il poursuivi, "nous avons posé les jalons et les fondements" d’une nouvelle étape qui ne doit pas se construire sur "les schémas du passé" mais avec une "rationalité et une vision réelle et concrète pour une Algérie au service de ses enfants". Il a souligné dans ce sens la nécessité d’aller vers une économie du savoir qui permettra à notre pays de se trouver une place dans ce monde en constante évolution. Rappelant à l’occasion que l’Algérie recèle des moyens et les ressources lui permettant d’atteindre ses objectifs notamment économiques, le Premier ministre a invité les "compétences algériennes établies à l’étranger à contribuer au développement de leur pays". Le Plan d'action du gouvernement a été adopté à la majorité par les députés lors d'une séance plénière présidée par le président de l'Assemblée, Slimane Chenine. Les députés ont procédé au vote du Plan d'action après l'intervention de M. Djerad pour répondre à leurs interrogations, formulées ces trois derniers jours lors du débat autour du document.
Djerad réaffirme la détermination du Gouvernement à "recouvrer la confiance du citoyen"
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a réaffirmé, jeudi à Alger, la détermination du Gouvernement à recouvrer la confiance du citoyen à travers "la revalorisation des valeurs humaines perdues, la consécration de la culture de l'abnégation dans le travail, la reddition de comptes et la promotion des libertés". "Le Gouvernement est déterminé à recouvrer la confiance du citoyen à travers la revalorisation des valeurs humaines perdues, la consécration de la culture de l'abnégation dans le travail, la reddition de comptes, la promotion des libertés et la mise en place des mesures rigoureuses à l'encontre des coupables de défaillance et de manipulation de la loi et du denier public", a déclaré M. Djerad en réponse aux préoccupations des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) concernant le rétablissement de la confiance du peuple en son Etat et ses institutions. "Cette confiance ne saurait être gagnée que par la bonne foi dans la concrétisation de la bonne gouvernance, d'une véritable réforme politique, sociale et économique et du traitement des facteurs de l'ébranlement de cette confiance", a-t-il soutenu. A ce propos, le Premier ministre a affirmé que le Gouvernement était "conscient" que les passerelles de la confiance avec les citoyens "passent impérativement par un réel engagement à faire montre de franchise et de vérité, loin de toute fourberie et fausses promesses", précisant que "construire l'Algérie nouvelle, relever les défis et régler les crises que connait le pays ne sauraient intervenir du jour au lendemain, et que cette entreprise nécessite du temps pour mettre en place les études et les approches de traitement". Après avoir relevé "l'ampleur de la responsabilité commune pour la préservation de la stabilité du pays, qui implique l'union de toutes les forces pour passer de la confrontation à la coopération constructive", M.Djerad a mis en avant "la profonde conviction du Gouvernement" que "les aspirations du peuple imposent à toutes les volontés sincères parmi les enfants de la patrie d'unifier leurs efforts pour permettre au pays de relever les défis de cette période sensible de son histoire". APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *