Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le Pentagone envisage de fermer des postes militaires en Libye et en Tunisie

Le département de la défense américain envisage de fermer des postes militaires avancés dans quatre pays africains, dont la Libye et la Tunisie, dans le cadre d’un nouveau plan prévoyant un retrait de la majeure partie des forces spéciales déployés au Niger, a rapporté le New York Times. Le plan, s’il est approuvé par le chef du Pentagone James Mattis, devrait se solder également par la fermeture des postes militaires américains au Kenya et au Cameroun, selon le quotidien qui cite trois responsables du Pentagone sous couvert de l’anonymat. Ces changements interviendraient dans le cadre d’une nouvelle stratégie de défense visant à mettre l’accent sur les menaces posées par la Chine et la Russie, désignées officiellement par la maison Blanche comme ennemis des Etats-Unis. Le plan a été dicté dans le cadre d’une nouvelle stratégie de redéploiement en Afrique, dévoilée en janvier, dans le sillage de l’embuscade à Tongo Tongo qui a coûté la vie à quatre soldats américains en octobre 2017. Il engendrerait une réaffectation des centaines de soldats déployés en Afrique et aura comme conséquence d’affecter les partenariats militaires déjà établis. Il pourrait aussi priver les forces locales de certains équipements militaires américains les plus avancés. L’exécution de cette stratégie s’échelonnera sur une période allant de 18 à 36 mois mais une des sources a affirmé que le calendrier sera accéléré une fois qu’il sera approuvé par le département de la défense américain. Les mêmes sources, s’inquiètent du fait que ce nouveau plan menace de réduire les progrès accomplis dans la lutte contre al-Qaida et l’Organisation de l’Etat Islamique, et même de diminuer les alliances militaires, alors que la Russie et la Chine sont en train d’accroitre leur influence dans le continent. L’un des responsables qui s’est confié au New York Times a soutenu que la fermeture envisagée des postes militaires en Libye, en Tunisie, et au Kenya est susceptible de réduire de manière considérable l’influence des Etats-Unis en Afrique, soulignant que prendre pareille décision relève d’un manque de clairvoyance. Selon ce nouveau plan, le Pentagone devrait limiter les missions de ses forces spéciales aux programmes conjoints de formation et d’échange qui seront menées dans certains pays africains, où l’environnement n’est pas jugé hostile aux commandos américains. Pour rappel, ces changements interviennent moins de deux mois après l’annonce faite par Africom sur le déploiement de drônes armés au Niger. Au total, 1.200 soldats des forces spéciales américaines sont déployés à travers le continent. Le nouveau plan prévoit de réduire ce nombre de moitié dans les trois prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *