Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le patron du groupe Condor en détention provisoire

Le président du conseil d’administration du groupe Condor Electronics, Abderrahmane Benhamadi a été placé mercredi en détention provisoire. Selon un communiqué du procurer de la République près le tribunal de Sidi M’hamed pas moins de 40 personnes physiques et 6 personnes morales sont poursuivies dans le cadre du dossier Benhamadi, parmi lesquelles 35 personnes ont été présentées devant le procureur. Elles sont poursuivies pour Les prévenus sont poursuivis « pour blanchiment d’argent, et transferts de biens et revenus issus de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite dans le cadre d’une organisation criminelle, dilapidation et utilisation de fonds de banque dans un cadre à l’encontre des intérêts de celle-ci, incitation d’agents publics à utiliser leur influence réelle ou supposée dans le but de bénéficier d’indus privilèges, financement occulte de partis politiques, dilapidation de deniers publics, passation de contrats non conformes à la législation en vigueur, abus de fonction, et usage de l’influence d’agents publics dans un objectif de surfacturation et la modification en qualité des biens et services en fourniture. "Ont été inculpées six (6) personnes morales représentant des sociétés commerciales appartenant à des membres de la famille de Benhamadi", ajoute le communiqué. Le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed a décidé, à l’issue des audiences, de placer en détention provisoire 12 personnes, parmi lesquelles figurent, Abderrahmane Benhamadi et deux de ses frères, le directeur général de Travocovia, filiale du groupe Condor, 3 cadres de l’opérateur de téléphonie mobile Mobilis, 2 cadres du ministère de la Santé, l’ex-directeur des domaines de la wilaya d’Alger, le chef de l’inspection des impôts de Chéraga, un directeur d’agence de la BEA ainsi que le responsable des transactions financières de la campagne de l’ex-président candidat, Abdelaziz Bouteflika. Le juge d’instruction a également décidé de mettre 20 personnes sous contrôle judiciaire, parmi lesquelles figurent deux frères Benhamadi. Deux autres cadres ont quant à eux été libérés. Enfin, il a été décidé du transfert des dossiers de Moussa Benhamadi ex-ministre des TIC, les ex-Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ainsi que l’ex-Wali d’Alger Abdelkader Zoukh, à la Cour d’Alger, ces derniers devant être entendus par la Cour suprême.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *