Le P-DG de Sonatrach limogé

  Le ministre de l’Energie, M. Noureddine Boutarfa vient de limoger le Président-Directeur général de la Sonatrach, M. Amine Mazouzi. Le ministre de l’Energie a réuni hier le Conseil d’administration de la Sonatrach, pour installer M. Abdelmoumen Oul Kaddour à la tête de la Compagnie nationale des hydrocarbures, en remplacement de M. Amine Mazouzi. Le limogeage du P-DG de la Sonatrach peut surprendre, même si des rumeurs persistantes faisaient état d’une certaine insatisfaction quant aux résultats de la compagnie. L’intervention du ministre de l’Energie au cours de la cérémonie d’installation du nouveau P-DG de la Sonatrach s’est, d’ailleurs, articulée, selon le communiqué du ministère de l’Energie, sur la nécessité pour le nouveau P-DG d’agir « en toute responsabilité et en toute confiance en vue de mette en œuvre les changements qualitatifs permettant à Sonatrach d'évoluer et de prospérer dans un climat d’entreprise serein propice à la prise d’initiative et de décision ». Il a d’ailleurs exprimé au, nom du président de la République, le souhait de voir « Sonatrach renouer avec la sérénité, la cohésion et l’exemplarité ».   Ould Kaddour et un passif sulfureux nommé BRC Des propos qui laissent dubitatifs quant aux motivations du limogeage d’Amine Mazouzi, d’autant que le bilan de la Sonatrach pour les deux premiers mois de l’année 2017 publié dimanche évoque des résultats dépassant les objectifs, notamment en amont. La publication du communiqué à la veille de la tenue du conseil d’administration de Sonatrach ne peut en aucun cas relever du simple hasard et peut être interprété comme une opération de com pour le désormais ex-P-DG de la Sonatrach, d’autant qu’il est rare de voir le groupe pétrolier publier des bilans autres qu’annuels. Mais le plus étrange est la nomination de M. Abdelmoumène Ould Kaddour à la tête de Sonatrach. Comme CV appuyant la nomination de celui-ci, le communiqué du département de Boutarfa évoque un diplôme de polytechnicien obtenu auprès du fameux Massachusetts Institute of technologie (MIT). Nul mot sur le passage de celui-ci à la tête de Brown and Root Condor. Il est vrai que la compagnie algéro-américaine avait brillé du temps de Khelil par un scandale de surfacturation de 187 milliards de dinars, pour lequel M. Ould Kaddour avait été jugé et condamné en 2007. Il opère depuis en tant que consultant. En tout état de cause cette nouvelle nomination démontre que la compagnie nationale est loin de renouer avec la stabilité du top management et que la valse des P-DG est loin d’être terminée. Rappelons dans ce sens qu’au lendemain du scandale Sonatrach I, en 2009, la firme a consommé pas moins de six P-DG. Meziane et Feghouli étant impliqués dans des scandales de corruption, les autres P-DG n’ont tenu plus de trois ans à la tête de la compagnie. C’est ainsi que Noureddine Cherouati a été limogé en novembre 2011, son remplaçant Abdelhamid Zerguine ayant tenu, pour sa part, jusqu’à août 2014. Celui-ci a été remplacé par Said Sahnoun lequel a assuré un long intérim jusqu’à la nomination d’Amine Mazouzi , en mai 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *