Le FLN dans la tourmente du hirak

Le comité central réuni, ce mardi, au CIC détrône Djamel Ould Abbes du secrétariat général du parti. Le dauphin du clan présidentiel déchu vient de subir un retrait de confiance unanime.  Sur fond de crise qui le secoue, le FLN se déchire en l’absence de son  fantomatique président, Abdelaziz Bouteflika qu’on avait utilisé comme épouvantail.   Plus de « Fakhamatouhou » et en l’absence d’instructions ni directives téléphonées, les Flnistes qui avaient pris l’habitude de fonctionner par injonctions sont désemparés, perdus et tâtonnent. Le pire reste à venir dans ce parti qui n’arrive pas à se détacher de l’administration et se comporter comme une formation politique et non un simple appareil. Le hirak de son côté exige sa mise au musée et refuse de voir les cadres de ce parti à des postes importants du pays, les accusant d'être à l'origine de toute cette gabegie qui a plongé le pays dans une crise multiple. Il faut se rappeler que ce même parti fût à l'origine de la crise de 1988 pour ne citer que celle-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *