Le bitcoin sous les 5.000 dollars, une première depuis octobre 2017

Le bitcoin, la principale monnaie virtuelle décentralisée, est passé lundi sous les 5.000 dollars l'unité, une première depuis octobre 2017 lorsque sa valeur avait commencé à décoller. Il est tombé à 4.958,36 dollars vers 16H35 GMT (17H35 heure de Paris) contre 5.451,72 dollars vendredi à 22H00 GMT, soit une chute d'environ 10%, selon des chiffres compilés par Bloomberg. La plus célèbre des cryptomonnaies avait déjà connu une sévère baisse mercredi dernier, passant sous la barre des 6.000 dollars, un niveau dont il ne s'était pas éloigné depuis septembre, et tombant déjà à un plus bas depuis plus d'un an. Difficile de trouver la raison de ce brusque décrochage mais certains analystes avaient récemment pointé une baisse d'intérêt pour le sulfureux actif, tandis que les volumes d'échange en octobre sont tombés à un plus bas en un an, selon la revue spécialisée Diar. Certains commentateurs avaient également évoqué la querelle au sein de la communauté du bitcoin cash, une autre cryptomonnaie qui se veut la rivale du bitcoin, qui s'est traduite par une scission en deux nouvelles monnaies virtuelles jeudi dernier. Comparé à la mi-décembre, lorsqu'il avait temporairement franchi les 19.500 dollars, le bitcoin a perdu presque 75% de sa valeur. Le bitcoin ne valait que quelques cents à son lancement en février 2009 par un ou plusieurs informaticiens se cachant sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. En 2017, il avait défrayé la chronique, passant d'environ 1.000 dollars en janvier à presque 20.000 à la fin de l'année. L'émergence de ce phénomène, qualifié de "bulle" par beaucoup de responsables, a déconcerté nombre d'institutions qui ont marqué leur distance à son égard. Dernier exemple en date, jeudi dernier, l'économiste français Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a comparé le bitcoin à une sorte d'"émanation maléfique" de la crise financière, tout en reconnaissant "une idée extrêmement intelligente" à l'origine. AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *