Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’appel à candidature lancé : seules 7 chaînes TV privées seront autorisées

  C’est la dernière ligne droite pour la création de chaînes de télévision privées de droit algérien. Le cadrage juridique permettant la création de services audiovisuels privés vient d’être complété avec la publication ce lundi de l’arrêté portant lancement de l'appel à candidature pour l'octroi d'autorisations de création de services de diffusion télévisuelle thématiques. Avec la publication de ce texte, il ne reste plus qu’au ministère de la Communication de notifier la décision à l’Autorité de régulation de l’audiovisuel, suite à quoi l’Arav publiera l'appel à candidature dans les médias nationaux. C’est à partir de ce moment-là que les entreprises de droit algérien ainsi que les entreprises, les institutions et les organismes du secteur public  disposeront d’un délai de 60 jours pour déposer leurs dossiers au niveau de l’Arav. Délai qui peut être exceptionnellement prorogé de  30 jours. L’Arav prendra en charge l’audition publique des candidats dont le dossier est recevable selon les conditions spécifiées dans le cadre du décret exécutif fixant les conditions et les modalités de mise en œuvre de l'appel à candidature,  du cahier des charges générales et dans le texte relatif au versement des contreparties financières.   Elle aura un délai de 45 jours avant d’émettre un avis motivé et le transmettre aux autorités à même d’accorder les autorisations aux chaînes. Les refus devront par être contre motivés et notifiés par écrit. Dès notification des autorisationsles chaînes de télévision seront tenues de mettre à la disposition de Télédiffusion d’Algérie (TDA), un signal vidéo constituant le signal final devant être diffusé. La diffusion numérique des services autorisés passera par satellite. La diffusion numérique de cinq chaînes passera par le satellite Eutelsat 7WA sur la position orbitale 7.3 degrés Ouest avec une couverture du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord ; les deux restantes passant par  le satellite Eutelsat 5WA sur la position orbitale 5.0 degrés Ouest avec une couverture du Grand Maghreb centrée sur l'Algérie.
 
Quel avenir pour les chaines non autorisées ?
Cet appel à candidature promet cependant de donner lieu à des joutes  entre les prétendants aux autorisations. Et pour cause. L’appel à candidature ne va aboutir qu’à sept autorisations pour  la création de chaines thématiques. Autrement-dit, il n’y aura que 7 chaines de télévisions qui seront autorisées. Aussi l’arrêté publié aujourd’hui fixe une liste de sept catégories de chaînes thématiques à savoir,  actualités politiques, économiques, sociales (programmes composés d'informations, reportages, analyses et commentaires, débats et conférences) ; culture ; jeunesse ; art culinaire ; découvertes ; séries et divertissements ; sports. En termes plus clairs, seule une chaîne sera autorisée par thématique. Les candidats auront donc fort à faire, d’autant que  plus d’une quarantaine de chaines de télévisions privées  activent déjà en Algérie, travaillant dans les limites de la légalité, si ce n’est dans l’illégalité la plus totale. Entreprises de droit étranger, sur les la quarantaine de chaînes offshore seules 5 télés disposent d’accréditations pour leurs bureaux à Alger. Celles-ci comptent d’ailleurs sur cet appel à candidature pour travailler enfin en toute légalité. Mais ce qui risque de compliquer encore plus la tâche aux membres de l’Arav est la multitude de chaînes s’intéressant à une même thématique. Si l’on cite à titre d’exemple la thématique actualité et information,l’on constate que trois chaînes de télévision se sont déjà spécialisées dans ce segment en attendant une quatrième en projet, au moment où une seule chaine d’information sera autorisée au final. Parmi celles-ci, Ennahar et Dzair News sont réputées proches du pouvoir. Une situation qui alimente de nombreuses interrogations quant aux critères retenus pour autoriser telle ou telle chaîne de télévision. Mais au-delà de ces considérations, une interrogation demeure qu’adviendra-t-il des chaînes non autorisées ? Seront-elles fermées, où continueront-elles à être tolérées en attendant le lancement d’un nouvel appel à candidature tout à fait hypothétique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *