L’Algérien Yassine Bouhara décide d’acquérir le plus gros fonds d’investissement du Moyen-Orient

L'homme d'affaires algérien Yassine Bouhara a décidé d'acquérir le groupe d'entreprises Abraaj basé à Dubaï et opérant sur six continents, a-t-on appris jeudi auprès de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie de France (CACI-France). Le groupe Abraaj, en faillite, est une société fondée par l'homme d'affaires pakistanais Arif Naqvi, basée à Dubaï, dans les Emirats arabes unis. Yassine Bouhara, président Tell Group, une société de gestion de participations, et vice-président de la CACI-France a fait une offre d’achat sur les fonds d’Abraaj Group, qui gérait près de 14 milliards de dollars, selon une lettre de proposition et des personnes proches de ces projets qui ont précisé que cet ancien banquier d'UBS Group AG offre 25 millions de dollars pour transférer la gestion de sept fonds Abraaj à une nouvelle entité détenue à 20 % par Tell et à 80 % par les créanciers non garantis d’Abraaj. Selon les mêmes sources, les créanciers non garantis, parmi lesquels Air Arabia PJSC et un fonds de pension koweïtien, deviendraient à cet effet actionnaires de la nouvelle société au moyen d'un échange de créances en actions, ajoutant que la direction d’Abraaj ne participerait pas à la nouvelle entreprise, selon la proposition. Le groupe en difficulté était le plus grand fonds de capital-investissement du Moyen-Orient et l'un des investisseurs les plus influents sur les marchés émergents du monde, avec des investissements en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Turquie. Il a été forcé à la liquidation après qu'un groupe d'investisseurs, dont la Fondation Bill & Melinda Gates, eut commandé un audit pour enquêter sur la prétendue "mauvaise gestion" de l'argent dans son fonds de santé. Six anciens dirigeants d'Abraaj ont été inculpés par des procureurs américains pour "fraude et complot". Le patron du groupe Arif Naqvi a été libéré le mois dernier à Londres, près d'un mois après avoir obtenu une mise en liberté sous caution record de 15 millions de livres (19 millions de dollars). Yassine Bouhara, qui a fondé Tell Group en 2015, était codirecteur des actions mondiales chez UBS. Il a également travaillé chez Deutsche Bank AG pendant 13 ans, indique-t-on.APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *