Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’Algérie peut désormais accéder aux marchés financiers internationaux

L'Algérie peut désormais accéder aux marchés financiers internationaux grâce à la signature récemment d'un accord entre la COSOB et l'Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (OICV), a indiqué dimanche le président de la Commission, Abdelhakim Berrah. "L'Algérie était sur la liste grise des pays qui ne coopèrent pas avec l'OICV. De ce fait, elle ne pouvait pas accéder au marché de capitaux étrangers. Maintenant qu'elle a signé le Multilateral Memorandum of Understanding (MMoU), elle rejoint la communauté internationale des pays coopérant contre le blanchiment d'argent via les marchés financiers et les infractions boursières transfrontalières", a précisé dans un entretien à l'APS. Il a tenu, toutefois, à préciser que l'Algérie, même avant la signature du MMoU, "n'avait rien à cacher" en matière d'informations financières. Elle avait juste un cadre juridique qui ne lui permettait pas d'échanger ce genre d'informations avec le reste du monde. Il a fallu que la loi de finances 2018 soit promulguée pour donner la possibilité à la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de bourse (COSOB) d'échanger ces informations avec les 122 autres signataires du MMoU. "Si un pays signataire ouvre une enquête sur un opérateur suspecté de fraude, il peut demander à toutes les autorités de régulation signataires du MMoU, à savoir tous les pays à l'exception des pays en guerre comme le Yémen, l'Irak et la Lybie, des informations sur cet opérateur", a encore expliqué M. Berrah. La signature du MMoU met ainsi l'Algérie aux normes internationales et vient compléter les autres mécanismes d'entre-aides judiciaires et d'échange d'informations déjà existant en matière de lutte contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme, la corruption et la fraude transfrontalière. De ce fait, "l'Algérie pourra envisager d'ouvrir sereinement sa Bourse à l'investissement étranger et attirer des investisseurs internationaux, du moment qu'il sera plus facile, grâce au MMoU, d'obtenir des informations sur l'origine des fonds investis et sur l'identité des investisseurs et des bénéficiaires effectifs". Afin de vulgariser les avantages du MMoU, il a indiqué que la COSOB organisera en septembre prochain un atelier technique pour informer toutes les parties concernées sur son fonctionnement pratique.APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *