L’Afghanistan ordonne la suspension de messageries en ligne

Les autorités afghanes ont ordonné cette semaine la suspension pour trois semaines des messageries WhatsApp et Telegram, pour des raisons "techniques", selon AFP qui cite le ministère de tutelle. Sur sa page Facebook, le ministre des Télécommunications Shahzad Aryobee convient que "depuis deux jours, de nombreux concitoyens se sont pleins du blocage de WhatsApp et Telegram". "Le ministère envisage d'introduire de nouvelles technologies afin d'améliorer ces services et de résoudre des problèmes techniques mais leur expérimentation impose de suspendre temporairement WhatsApp et Telegram" explique-t-il dans un message daté de vendredi. "Par conséquent le régulateur des télécoms ATRA a été invité à prendre des mesures en ce sens", ajoute-t-il en affirmant qu'il "ne s'agit pas d'une atteinte à la liberté d'expression". L'accès aux téléphones portables a explosé ces dernières années en Afghanistan avec plus de 21,5 millions d'abonnements actifs et huit millions d'Afghans (sur un peu plus de 30 millions) ont accès à internet, principalement via leur portable. Mais si les Afghans utilisent beaucoup ces services de messageries gratuits pour communiquer, les talibans aussi; ils postent la plupart de leurs revendications sur WhatsApp tandis que les partisans du groupe Etat islamique sont de fréquents utilisateurs de Telegram. "Ce message est la pure vérité: il n'y a pas d'intentions cachées", a rétorqué cependant samedi à l'AFP le porte-parole du ministère des télécommunications, Najib Nangyalay. "Jusqu'ici seule la compagnie Salaam a bloqué son service mais les autres vont suivre. La suspension court du 1er au 20 novembre. Il n'y a aucune atteinte à la liberté d'expression, on continue d'accéder à Facebook, à Twitter...", a-t-il fait valoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *