Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’ACTU EN BREF

    INDRA SYSTEMAS SIGNE POUR LA GESTION DU TRAFIC URBAIN EN ALGÉRIE   La gestion automatisée du trafic urbain en Algérie, et notamment à Alger a été confiée à l’Espagnol Indra Systemas. Selon,  l’agence de presse britannique Reuters, Indra est l’un des membres de la nouvelle joint-venture public-privé Mobeal. Celle-ci compte, côté algérien les Epic EGCTU et ERMA qui détiennent 51 % du capital de Mobeal, tandis que les 49 % des parts sociales reviennent à Indra et Sice.  La joint-venture est chargée de moderniser l’ensemble du système de gestion du trafic urbain d’Alger, via un centre de contrôle centralisé ainsi que des feux tricolores aux intersections.   STOCKAGE DE BLÉ : L’ALGÉRIE ET L’ÉGYPTE SUR LES STARTING-BLOCKS   Un programme d’investissements de 250 millions de dollars pour la réalisation de nouvelles capacités de stockage de blé a été consacré par les Américains aux pays de la région Mena. Selon l’agence de presse américaine Bloomberg, l’Égypte pourrait bien bénéficier de ce programme. Cependant et selon l’analyste en chef des marchés de céréales pour Blumberg Grain, David Blumberg, « plusieurs pays sont en compétition pour ce programme d’investissements, notamment l’Algérie ».   CÉRÉALES: BAISSE DE 28,5% DE LA FACTURE À L’IMPORT   La facture d’importation des céréales (blé, maïs et orge) a baissé de 28,5% durant les sept premiers mois de 2016 par rapport à la même période de 2015, avec une baisse de près de 6% des quantités importées, a appris l’APS auprès des Douanes. Ainsi, la facture d’importation des céréales a reculé à 1,5 milliard de dollars (md usd) entre début janvier et fin juillet 2016 contre 2,1 mds usd à la même période de 2015 (-28,51%), précise le Centre national de l’informatique et des statistiques des douanes (Cnis). Les quantités importées ont également reculé mais à un rythme plus ralenti en s’établissant à 7,33 millions de tonne (mt) contre 7,8 mt (-5,91%).   ONS : BAISSE DE LA CROISSANCE DU PIB HORS-HYDROCARBURES   Selon les chiffres de l’Office national des statistiques, le secteur hydrocarbures enregistre, pour la première fois depuis 2006,  une croissance positive en 2015. A contrario, le PIB hors-hydrocarbures inscrit une décélération de la croissance. Selon l’ONS, cette décélération de la croissance hors hydrocarbures est associée à une baisse du PIB en valeurs courantes. Ainsi le PIB nominal passe de 17 242,5 milliards de DA en 2014 à 16 591,9 milliards de DA en 2015, soit une baisse en valeurs courantes de 3,8%   LES RÈGLES DE GESTION DE FONDS D’INVESTISSEMENTS FIXÉES PAR DÉCRET   Dans un contexte de crise le gouvernement multiplie les dispositions dans le sens de la dynamisation du marché financier. C’est dans ce contexte qu’un nouveau texte régit l’activité de société de gestion de fonds d’investissement. Le décret du 25 juillet 2016, précise ainsi que lorsqu’une société de capital investissement assure uniquement la gestion de l’activité de capital investissement pour le compte des tiers, elle devient société de gestion de fonds d’investissement. Aussi, la société de gestion de fonds d’investissement a pour activité principale la gestion de fonds qui lui sont confiés en vertu d’un mandat. Elle peut être également mandatée par la société de capital investissement pour gérer ses fonds.  Le texte stipule que l’exercice de l’activité de société de gestion de fonds d’investissement est soumis aux mêmes conditions d’autorisation que la société de capital investissement et les intermédiaires en opérations de bourse (lOB), constitués sous forme de société par actions (SPA), peuvent, après autorisation du ministre des Finances, exercer cette activité.   TÉLÉS PRIVÉES : UN DÉLAI DE DEUX MOIS POUR SE CONFORMER À LA LOI   Trois décrets exécutifs relatifs à l’octroi de l’autorisation de création d’un service de communication audiovisuel thématique ou sonore ont été publiés dans la dernière livraison du journal officiel. Datés du 11 août dernier les trois textes concernent la procédure d’appel à candidatures et les critères d’éligibilité, le versement de la contrepartie financière à l’autorité de régulation de l’audiovisuel, ainsi que le cahier des charges et les règles imposables aux services de communication audiovisuelle ou sonore.  Ainsi, et après la nomination des membres du conseil de l’Arav, ces textes complètent la batterie de mesures devant permettre de sortir les télés privées offshore de l’illégalité. Selon les textes en question, ces chaînes ont un délai de deux mois à partir de la publication sur le journal officiel du 14 août 2016 pour conclure les conventions leur permettant de créer un service de communication audiovisuel thématique.   LA PROCÉDURE D’ASSAINISSEMENT DES DETTES FISCALES LANCÉE   Inscrite au titre de l’article 51 de la loi de finances pour 2015, le processus d’assainissement des dettes fiscales exigibles vient d’être lancé. Une instruction du Directeur général des Impôts, M. Abderrahmane Raouiya, a été  adressée, dans ce sens,  aux différents démembrements de l’administration fiscale. L’instruction datée du 16 juillet dernier, consent au contribuable concerné, une remise des pénalités de recouvrement, sous le préalable du paiement intégral, en un seul versement de ses dettes fiscales. L’instruction du DGI précise, entre autres, la procédure de traitement, les critères d’éligibilité ainsi que les dettes fiscales qui peuvent faire l’objet de la mesure.   AMENDE DE 13 MILLIARDS DE DOLLARS CONTRE APPLE   La Commission européenne a tranché et condamne Apple à rembourser 13 milliards de dollars à l’Irlande. Une somme record que le géant américain ne souhaite pas payer. Dans le viseur de l’Union Européenne depuis de nombreuses années au même titre que d’autres grands groupes tels que Google ou Microsoft, Apple vient de se voir infliger une amende record ce mardi. La Commission européenne reproche en effet au groupe américain d’avoir bénéficié « d’avantages fiscaux illégaux » entre 2003 et 2014, ce qui a permis à Apple « de payer nettement moins d’impôts que les autres sociétés pendant de nombreuses années ». Dans son communiqué, la Commission ajoute qu’Apple s’est vu appliquer « un taux d’imposition effectif sur les sociétés de 1 % sur ses bénéfices européens en 2003, taux qui a diminué jusqu’à 0,005 % en 2014 » et estime que l’Irlande doit maintenant récupérer les impôts impayés par Apple sur son territoire soit 13 milliards d’euros, plus les intérêts.   CNAS : DES POURSUITES JUDICIAIRES CONTRE LES FRAUDEURS   La fraude aggrave le déséquilibre des caisses de sécurités sociales, dans un contexte de crise aggravée. Selon le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale prés de 0,7 % d’assurés bénéficient de «certificats médicaux de complaisance», et bénéficient d’indemnités auprès de la Caisse nationale d’assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS). Il a également indiqué que ces derniers feront l’objet de poursuites judiciaires. Qualifiant ce chiffre d’«important»,  il a, de ce fait, appelé à l’« intensification du contrôle  particulièrement concernant les maladies nerveuses et psychiques». «Des poursuites judiciaires seront engagées tant contre les assurés fraudeurs, que les  médecins complaisants, qui ont accordé des congés de maladies sans considération aucune pour la déontologie professionnelle et médicale», a encore ajouté M. El Ghazi.   LA CNAN SE DOTE D’UN NOUVEAU NAVIRE   La Compagnie nationale de navigation (CNAN) a réceptionné mardi au port d’Alger un navire de transport de marchandises, dans le cadre du programme de renforcement de la flotte nationale de transport maritime. Ce navire neuf baptisé «Tinziren» d’une capacité de 12.000 tonnes et acquis pour 25 millions de dollars, est équipé des technologies modernes et doté d’une dernière génération de motorisation. Il s’agit de la huitième acquisition dans le cadre d’un programme qui prévoit l’acquisition d’un total de 25 navires dont 18 cargos pour la filiale CNAN Nord et sept (7) navires pour CNAN Med.   VÉHICULES NEUFS: PRES DE VINGT PLAINTES EN DEUX MOIS   Le ministère du Commerce a reçu en deux mois près d’une vingtaine de requêtes de clients mécontents des prestations des concessionnaires automobiles, a indiqué le directeur général du Contrôle économique et de la répression des fraudes auprès du ministère, Abderrahmane Benhazil. Selon ce responsable, citant un bilan provisoire, les services du ministère ont effectivement relevé des pratiques interdites par la réglementation en vigueur. «Certains concessionnaires n’ont pas respecté les termes de la commande», a-t-il dit. L’annulation des commandes des véhicules constitue la principale cause de litige (9 requêtes), suivie du non-respect des délais de livraison (5 requêtes). Les clients ont également protesté contre le non-respect des prix de cession figurant sur les bons de commande (3 requêtes) et contre la vente  d’un véhicule ne répondant pas aux attentes (1 requête). Neuf (9) du total des 18 requêtes reçues par l’administration centrale, a fait savoir M. Benhazil, ont donné lieu à une décision favorable aux clients (où les concessionnaires se sont engagés à respecter leurs engagements), alors que les neuf autres plaintes sont toujours en cours de traitement.   VÉHICULES IMPORTES: CHUTE DE 68% EN 2016   La facture d’importation des véhicules a reculé à 768 millions de dollars durant les sept premiers mois de 2016 contre 2,4 milliards de dollars durant la même période de 2015, soit une baisse 68%. Selon l’Algérie presse services, les chiffres du centre national d’informatique et de statistiques relevant des douanes algériennes, les quantités importées ont reculé de  73,74% avec 53.356 véhicules importés entre début janvier et fin juillet 2016, contre 203.174 unités durant la même période en 2015. Renault demeure le leader du marché et se place en tête de classement, très loin devant Peugeot et Sovac. Rappelons que les licences d’importation des véhicules neufs ont été attribuées, en mai dernier, à 40 concessionnaires sur 80 candidats. Le contingent quantitatif d’importation des véhicules a été fixé à 83.000 unités pour 2016.   L’ÉCONOMIE DU NIGERIA ENTRE EN RÉCESSION   L’économie du Nigeria est entrée en récession fin août, après deux trimestres consécutifs de croissance négative marqués par des attaques sur ses installations pétrolières, la chute des cours de l’or noir, une inflation galopante et des taux d’investissements étrangers historiquement bas. Le ralentissement de la croissance touche de nombreux secteurs. Le géant économique de l’Afrique souffre de problèmes bien plus importants que la baisse du prix du baril de pétrole, sur lequel est fondée l’économie nigériane. Les investisseurs étrangers, méfiants après la décision du gouvernement de maintenir le naira à un taux artificiel, ne sont pas revenus investir après sa dévaluation en juin dernier. Le pays enregistre un taux «historiquement» bas d’importation de capitaux.   CONVENTIONS ENTRE LE CDER ET L’UNIVERSITE DE SHARJAH   Dans le cadre de la coopération scientifique entre l’Algérie et les Émirats Arabes Unis, une convention de coopération scientifique a été signée entre l’Université de Sharjah représentée par son Vice-Recteur, le Pr Maamar Bettayeb, et le Centre du Développement des Énergies Renouvelables (CDER) représenté par son directeur, le Pr Noureddine Yassaa, en présence du Dr Belkacem Bouzidi, Directeur de l’Unité du Développement des Équipements Solaires. La convention permettra au Centre de Développement des Énergies Renouvelables (Algérie) et l’Université de Sharjah (Emirats Arabes Unis) de collaborer dans le domaine de la recherche scientifique et le développement technologique, dans des projets de recherche d’intérêt commun, plus particulièrement dans le domaine des Énergies Renouvelables (traitement de l’eau, production du froid, production d’électricité, séchage des produits agro-alimentaire, etc.). Une équipe mixte sera installée prochainement pour définir les projets de recherche à mener dans ce cadre.   BANQUE MONDIALE : LA PROCÉDURE DE SÉLECTION DU PRÉSIDENT ENGAGÉE   Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale s’est réuni, récemment, sous la présidence de son doyen, Merza Hasan, pour examiner la question de la sélection du prochain président du Groupe de la Banque mondiale à la suite de la décision du président en exercice, Jim Yong Kim, de demander le renouvellement de son mandat, qui viendra à échéance le 30 juin 2017. Les administrateurs se sont unanimement déclarés en faveur d’un processus de sélection ouvert, fondé sur le mérite et transparent, en vertu duquel tous les pays membres auront la possibilité de présenter des candidats et toutes les candidatures seront examinées de manière transparente par le Conseil. Par ailleurs, les administrateurs ont confirmé que les principes de sélection approuvés par le Conseil en 2011 restaient valides et devraient s’appliquer au prochain processus de sélection. En 2012, ces principes ont guidé les travaux de sélection, ouverts et transparents, qui ont abouti à la nomination de M. Kim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *