L’ACTU EN BREF

SONATRACH SE TOURNE VERS LE BASSIN SUD-OUEST Sonatrach se fixe des objectifs ambitieux en ce qui concerne la production gazière qu’elle compte augmenter grâce, notamment, à l’entrée en service de plusieurs projets menés en partenariat. La compagnie pétrolière algérienne compte aussi renforcer les efforts d’exploration dans les régions sous explorées en consacrant pas moins de 73 milliards de dollars à des investissements projetés à l’horizon 2020, et dont les deux tiers sont consacrés à l’amont. C’est dans ce contexte, que la compagnie nationale compte se tourner vers le bassin Sud-Ouest. Ainsi et en marge d’une visite qu’il a effectué au niveau de plusieurs installations de la Sonatrach à Adrar, le P-DG du groupe, M. Amine Mazouzi a estimé que «la région du Sud-ouest du pays offre des perspectives énergétiques prometteuses à court terme, et Sonatrach entend, au titre des plans d’action, développer la production et réaliser de nouvelles explorations dans cette région pour consolider les capacités de production en avenir’’.   LA SHARIAA COMPLIANT AU SERVICE DU SECTEUR ÉNERGÉTIQUE ALGÉRIEN La Arab Petroleum Investments Corporation (APICORP), bras financier de l’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (Opaep), vient d’introduire un financement inédit pour le secteur énergétique algérien, au profit d’une compagnie de services pétroliers œuvrant pour la Sonatrach. Apicorp vient donc d’annoncer un financement de 10 millions de dollars, répondant aux principes de Shariaa Compliant (finance islamique), au bénéfice de la Oil Recovery Services SAL (ORSsal), dont la base des opérations est en Algérie. Apicorp précise, dans ce sens, qu’ORSsal vient d’obtenir un contrat de trois ans d’une valeur de 47,6 millions de dollars, auprès de la Sonatrach. Le financement est ainsi destiné à couvrir une partie du coût des équipements et des besoins en fonds de roulement de l’entreprise de services pétroliers. Apicorp précise que ce financement n’est le premier d’une série de financements à venir dans le secteur.   BAISSE DES PRÉLÈVEMENTS DU FRR EN 2015 Le choc induit par la baisse des cours du brut s’est accentué en 2015. Selon les chiffres du ministère des Finances, le déficit global du Trésor s’est creusé durant l’exercice clos pour passer de plus de 3800 milliards de dinars en 2014 à plus de 3375 milliards de dinars une année plus tard. Un déficit qui a pu être contenu sous le double effet de la hausse des recettes de la fiscalité ordinaire et de la dépréciation du dinar. Les prélèvements du Fonds de régulation des recettes, destinés à couvrir le déficit du Trésor ont aussi baissé, passant de plus 2 965 milliards de dinars à 2 886 milliards de dinars, sous l’effet d’un recours accrus aux financements bancaires qui ont été multipliés pratiquement par 10 et des emprunts extérieurs nets qui ont augmenté de près de 30 %.   LE DÉLAI DE RAPATRIEMENT DES DIVIDENDES RALLONGÉ L’Algérie dispose d’un potentiel important en matière d’exportations hors-hydrocarbures et qui n’est pas exploité, selon le Secrétaire général de l’Agence nationale de promotion des exportations, M. Hocine Boubtina. Il a estimé lors de son passage à la radio nationale, à l’occasion de la tenue du salon Djazair Export, qu’il existe aujourd’hui en Algérie 500 exportateurs nationaux potentiels et que pour encourager les chefs d’entreprises à aller vers la conquête des marchés étrangers, le délai de rapatriement des dividendes tirés des exportations allait être rallongé à une année contre 180 jours actuellement.   Les climatiseurs taxés dès 2017 L’augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz ne semble pas suffire à rassurer le gouvernement quant à l’évolution de la consommation des ménages en énergie. Le gouvernement compte s’attaquer à un nouveau chantier, celui des équipements électroménagers énergivores. Quoi de mieux que de pointer un doigt accusateur et de crucifier ce satané climatiseur lequel a causé bien des ennuis à la Sonelgaz, obligée, depuis la généralisation de l’usage des dispositifs de climatisation, de multiplier les investissements afin de répondre à une demande qui explose en été. Cependant et à défaut de mettre en place un cahier des charges et des normes spécifiques aux dispositifs de climatisations, pour ne citer que ceux-là, destinés à réglementer le marché des équipements électroménager et la consommation énergétiques des équipements fabriqués localement ou importés, le gouvernement opte pour une solution plus simpliste, mais d’autant plus radicale, taxer les climatiseurs. C’est le Premier-ministre, M. Abdelmalek Sellal, en personne qui l’a annoncé, lors de l’ouverture de la foire internationale d’Alger. Comme il est, aujourd’hui évident que les pouvoirs publics n’auront pas à recourir à une loi de finances complémentaire. Cette nouvelle mesure attendra la prochaine loi de finances pour entrer en vigueur. Petit sursis, donc, pour les usagers de climatiseurs…   LAFARGEHOLCIM : UN NOUVEAU DIRECTEUR POUR LA FILIALE ALGÉRIENNE Le géant de la cimenterie Lafrage-Holcim vient d’annoncer la nomination d’un nouveau directeur pour ses activités en Algérie. Jean-Jacques Gauthier, qui était jusque là directeur intégration, organisation et ressources humaines du groupe, prendra, le mois de septembre prochain, ses fonctions à la tête de la filiale algérienne. Selon un communiqué du groupe, «l’Algérie est un pays clé pour le groupe, offre d’importantes opportunités de croissance et de développement». Lafrage-Holcim va prochainement mettre en service une nouvelle cimenterie qui portera sa capacité totale dans le pays à 11 millions de tonnes d’ici à la fin 2016. Aussi, le groupe compte élargir son réseau de franchises couvrant l’ensemble de l’Algérie pour la vente au détail de matériaux de construction, sous l’enseigne Batistore.   SELLAL NE COMPREND PAS … ! Le premier ministre « ne comprend pas » la consommation nationale de carburants qui continue d’augmenter malgré les récentes hausses des prix et des taxes décidées en 2016 ! Cela le laisse, d’ailleurs, dubitatif au point de d’exprimer, lors de l’ouverture de la Foire internationale d’Alger, son «incompréhension» quant à l’augmentation de la consommation des carburants. Certains observateurs ont fait remarquer, il y’a quelques mois, que la hausse des tarifs est bien trop limitée pour avoir un impact sur le comportement des consommateurs. D’autres rappelleront toute la polémique alimentée depuis quelques temps par la qualité des carburants. Plusieurs automobilistes ont récemment accusé Naftal, de vendre des carburants qui « brûlent trop vite » et qui les poussent à multiplier leur plein d’essence alimentant ainsi la surconsommation. Des accusations auxquelles la filiale de la Sonatrach a répondu en estimant que « ces propos sont le fruit de l’impact psychologique de la récente hausse des prix sur les automobilistes ».   BENKHALFA : UNE SITUATION FINANCIÈRE DIFFICILE EN 2016, 2017 ET 2018 Abderrahmane Benkhalfa promet plus d’impôts en affirmant que « La fiscalité ordinaire devrait atteindre, d’ici 2016, 3100 milliards de dinars contre 1500 milliards de dinars pour la fiscalité pétrolière ». Selon le premier argentier du pays « le recouvrement fiscal qui connaît un accroissement annuel de 12 à 13% contribuera à drainer des fonds » et que « La structure fiscale qui était constituée à 60% de la fiscalité pétrolière commence à changer en faveur de la fiscalité ordinaire ». Abderrahmane Benkhalfa compte surmonter « la situation financière difficile engendrée par la chute des prix du pétrole par la mobilisation des ressources financières intérieures ». C’est ce qu’avait indiqué le ministre des Finances, lors de son passage, fin mai, à l’assemblée populaire nationale ajoutant que « L’Algérie connaîtra une situation financière difficile en 2016, 2017 et 2018 ».   HAUSSE DES TARIFS DU COURRIER EXPRESS L’activité du courrier express international a enregistré à compter du 1er janvier 2016 des révisions tarifaires des opérateurs DHL et AGEM/ TNT. Les tarifs de DHL ont augmenté de 7% et celles de TNT de 10%. Pour les opérateurs EMS Champion Post, UPS Algérie et Falcon Express, les tarifs sont restés inchangés.   FACEBOOK ET MICROSOFT TENDENT UN CABLE ENTRE LES ETATS-UNIS ET L’EUROPE Les deux géants américains de l’internet Facebook et Microsoft ont signé un partenariat pour poser un câble sous-marin dans l’Atlantique. Baptisé « MAREA », ce câble internet de 6600 kilomètres sera déroulé entre Virginia Beach en Virginie aux Etats-Unis et Bilbao en Espagne. «Ce câble transatlantique Marea fournira une connexion permettant de répondre à la demande croissante des consommateurs pour des connexions fiables et à haut-débit», explique Christian Belady, le directeur du centre de stratégie des données de Microsoft. Selon les deux entreprises, cette liaison va permettre «d’accélérer le développement de la prochaine génération d’infrastructure internet et soutenir l’explosion de la consommation de données et la croissance rapide de leurs services de cloud et en ligne.» Le projet débutera dès août et il devrait être achevé en octobre 2017. Ce câble de fibre optique qui permet de faire transiter les informations à la vitesse de la lumière sera géré par Telxius, une filiale du groupe de télécommunications espagnol Telefonica spécialisée dans les infrastructures. Une fois en place, il va permettre de se raccorder à d’autres réseaux vers l’Afrique ou encore vers le Moyen Orient.   LES IMPORTATEURS SOUS SURVEILLANCE RENFORCÉE Limiter les importations. Tel est le leitmotiv des pouvoirs publics en cette période de crise. Les mesures d’encadrement administratives sont, dans ce contexte multipliées, notamment au niveau des services des douanes. Ainsi et après la procédure de pré-domiciliation bancaire des opérations de commerces extérieurs, les Douanes algériennes ont introduit une nouvelle mesure afin de faciliter le traitement des opérations et de réduire leurs délais, et mieux débusquer les opérateurs indélicats. Il s’agit de l’introduction d’une nouvelle structure du Tarif douanier à 10 chiffres, conformément aux normes fixées par la nomenclature du Système harmonisé de désignation et de codification des marchandises. Une restructuration qui doit permettre une meilleure prise en charge des mesures liées, notamment, aux formalités administratives particulières, à la fiscalité et à l’évaluation de la valeur en douane, pour faire barrage aux fausses déclarations.   ÉNERGIES RENOUVELABLES: QU’EST-CE QUI FAIT COURIR LES INVESTISSEURS L’électricité produite à partir des énergies renouvelables n’aura aucun mal à trouver preneur sur le marché algérien. Le ministre de l’Énergie, M. Salah Khebri a annoncé, il y’a quelques jours à Alger que les entreprises qui produisent de l’électricité à partir des énergies renouvelables auront la garantie de vendre leur production sur une période de vingt années. Mieux encore, le ministre a assuré que la réglementation algérienne leur garantissait des tarifs leur permettant de recouvrer leurs charges et de réaliser des bénéfices. Il n’en fallait pas plus pour attiser les convoitises. Allemands et Danois ont profité de la tenue du forum Algérie-UE à Alger pour afficher leur intérêt. Les producteurs nationaux sont également sur les starting blocs. Le Forum des chefs d’entreprises qui plaide depuis plusieurs mois, par la voix de son président M. Ali Haddad pour l’ouverture du secteur de l’Énergie au privé national, vient de créer un club dédié au secteur, le club Energie. Difficile de ne pas y voir un groupe de pression naissant.   Marché des télécoms en Algérie  UNE «NETTE PROGRESSION» EN 2016 Le marché des télécoms en Algérie a connu, durant le premier trimestre de l’année 2016, une «nette progression» avec un chiffre d’affaires de 97 milliards de DA contre 87 milliards de DA durant le premier trimestre de 2015, selon un bilan de l’Autorité de régulation de la Poste et des télécommunications (ARPT) rendu public lundi. Le parc abonnés de la 3G qui a connu une forte augmentation passant de 8,5 millions abonnés en décembre 2014 à «19 millions en mars 2016», le parc abonnés global (GSM et 3G) a atteint, quant à lui, les 44,3 millions d’abonnés au 31 mars 2016, avec un chiffre d’affaires de 93 milliards de DA. En termes de parts de marché GSM, l’opérateur Orascom Télécom Algérie (OTA, Djezzy), avec 46,33%, reste le leader dans ce segment, suivi respectivement par Algérie Télécom Mobile (ATM, Mobilis) avec 28,90% et Watania Télécom Algérie (WTA, Ooredoo) avec 24,77%. Dans le segment 3G, lancé en décembre 2013, c’est l’opérateur ATM qui arrive en tête avec 40,09%, suivi par WTA avec un taux de 34,52%. Le dernier entrant sur le marché 3G, à savoir OTA qui, pour rappel, a commencé à commercialiser ses services le 5 juillet 2014, détient 25,39% des parts de marché. Pour ce qui de la téléphonie fixe, les informations communiquées par l’opérateur Algérie Télécom, et auditées par l’Autorité de régulation, font ressortir quelque 3,3 millions d’abonnés à fin mars 2016 dont 87% sont des particuliers. Le réseau filaire représente 92% contre 8% pour le réseau WLL. Le parc abonnés internet est passé de 10,1 millions abonnés en 2014 à 21,4 millions abonnés à fin mars 2016, dont 19 millions abonnés enregistrés pour l’internet mobile, 1,89 millions pour l’ADSL et 554.903 pour la 4G LTE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *