Présidence- Armée: La nuit des longs couteaux

 

 

Entre la décision de la Justice de s’autosaisir et procéder à l’interpellation d’un nombre important d’hommes d’affaires, les déclarations du généralissime à la retraite Mohamed Mediene, alias Toufik et la sortie médiatique de la présidence de la République annonçant la démission d’Abdelaziz  Bouteflika « avant le 28 avril, ainsi que  l’annonce de décisions importantes qui vont être prises, la suite risque de promettre une lutte farouche pour le pouvoir. A première vue, le clan présidentiel ne compte pas abdiquer de sitôt et  entend livrer bataille à Gaid Salah. Le général de corps d’armées risque d’être démis de ses fonctions. Ce qui le mettra hors jeu et neutralisera tous ses plans qu’il a mis du temps à mettre à exécution. "Quand on fait son lit, on s'y couche " disait le vieil adage. Et Gaid Salah qui s'est trop immiscé, allant jusqu'à s'exposer, notamment en "instruisant" la Justice et faire de ces arrestations une affaire politique. Cette attaque frontale dirigée contre Said Bouteflika a provoqué l'ire du clan qui compte se maintenir au pouvoir. Le vieux proverbe algérien le dit si bien « Sellane essif aar, raddanou arrine » (tirer son épée est une honte, l’enfourrer en est le double). Cela ressemble à la nuit des longs couteaux. Les poursuites engagées contre plusieurs hommes d’affaires connus pour être proches du frère du Président, Said Bouteflika aura été la goutte qui a fait déborder le vase et pousser le clan présidentiel à passer à la vitesse supérieure. Les Algériens vivent depuis quelques jours sous l’effet d’annonces en provenance tantôt de l’Armée, tantôt des hommes du Président. La dernière communication provient du secrétariat de la présidence de la République. En guise de poisson d’avril et alors qu’on attendait l’annonce immédiate de la démission de Bouteflika, les citoyens sont surpris par le communiqué de la Présidence qui fait l’annonce d’une démission sans donner de date fixe mais laissant transparaitre qu’avant cela, des décisions importantes vont être prises. Ce vague s’apparente à la réponse du berger à la bergère et laisse entrevoir une menace lancée en direction de celui qui a « osé » toucher aux membres du clan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *